La crise financière n'a pas épargné la sphère du jeu vidéo. Pourtant les trois leaders n'ont guère le choix que de se livrer bataille s'ils veulent s'accaparer le marché. Une nouvelle partie commence : capter les émotions des joueurs.

1er round, Microsoft assénait en juin dernier un coup à ses concurrents en dévoilant le projet Natal, une barre de senseurs similaire à la Wii, mais si précise qu'il n'est plus nécessaire de tenir des accessoires pour jouer. A la suite de cette conférence, Peter Molyneux, gamedesigner de renom, présentait son dernier né, Milo, une expérience interactive ultra-réaliste basée sur l'échange relationnel avec un enfant virtuel.



Nintendo, qui agrandit toujours plus son panel de joueur, n'a pas sourcillé et s'est contentée du Wii Vitality Sensor, accessoire d'enregistrement du rythme cardiaque pour mesurer le stress ou la fatigue. La nouvelle aurait pu émoustiller les joueurs avides de nouvelles sensations, mais la direction annoncée d'explorer les jeux de relaxation a rapidement fait déchanter l'assemblée.

wii-vitality-sensor-Nintendo-culturemobile

Dans cette quête similaire, Sony a déposé le 6 août dernier un brevet portant sur un "détecteur de rire et un système pour enregistrer la réponse émotionnelle à une présentation média". L'intention est d'interpréter et d'exploiter les réactions émotionnelles pour enrichir l'interactivité. Un atout indéniable s'il ne s'agit pas d'un énième argument marketing (cf. le processeur "Emotion Engine" de la Playstation2).



sonylaughdetectorskynet-sony-culturemobile""

L'avenir vidéoludique s'annonce fort en émotion. La GamesCom, la plus importante convention européenne du jeu vidéo, qui a lieu ces jours-ci nous en apprendra peut être d'avantage.