culture mobile_le blog

24
février
2010
19:42

Quand un pirate trouve une méthode originale pour rémunérer les créateurs...


flattr

Pirate, oui, mais avec éthique ! Peter Sunde Kolmisoppi, Brokep de son pseudo, est l'un des trois fondateurs du site d'origine néerlandaise The Pirate Bay, qui défraie la chronique et cumule les procès contre les majors du disque depuis trois ans. Pour résumer, The Pirate Bay est un site permettant l'échange de fichiers en format « BitTorrent ». Or Brokep, fidèle en cela à ses principes de libre démocratie des océans du Net, vient de lancer la phase de test de « Flattr », un système de micro-paiement social destiné à financer directement les créateurs sans forcément avoir à payer d'obole aux éditeurs ou aux maisons de disques. Principe simple : chaque utilisateur de ce système...

>> Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

11
février
2010
13:19

2025 Exmachina, serious game d'éducation critique aux médias

Les réseaux sociaux deviennent de véritable banque en ligne d'information personnelle. Ces plateformes ont l'avantage de faciliter les relations interpersonnelles et les regroupements par intérêts communs, mais elles ont aussi la fâcheuse opportunité de façonner l'identité numérique. Pour initier les nouveaux internautes (12-16ans en priorité) à utiliser leur "data" avec bienveillance, le jeu 2025 Exmachina place le joueur dans le futur, à la recherche de photos houleuses qui décrédibiliseraient son égo au point d'annuler la signature d'un contrat juteux...

"En 2025, les réseaux sont saturés d’informations, dont certaines que l’on préférerait voir oubliées. Un puissant logiciel de récupération, proposé par le site denicheur.net, permet à tout un chacun de faire remonter à la surface ces traces du passé. Fred, Anais et bien d’autres voient ainsi leur vie chamboulée. Vous êtes NetDetectives, ils vous appellent à l’aide…" voici le pitch de ce Serious Game, une production Tralalere réalisée avec le soutien de la Commission européenne et la participation du CNC, dans le cadre du programme Internet Sans Crainte.



Cette démarche participe au Safer Internet Day 2010, journée de sensibilisation aux questions sur le statut d'auteur sur Internet, le droit à l'image, la protection des données personnelles, le rapport virtuel/réel, la sociabilité en ligne, et le droit à l'oubli. La journée de "l'Internet sans crainte" organisée désormais chaque année à la même époque par la Commission européenne a "pour but de promouvoir une utilisation plus sûre et plus responsable de l’Internet fixe et mobile chez les jeunes". Le thème de 2010 est "la gestion de son image personnelle en ligne". Le sujet est d'actualité, Facebook passe la barre des 400 millions d'utilisateurs, et Google lance depuis quelques jours GoogleBuzz, soit une mise en relation de ses contacts proches, par le biais de "mise à jour" (l'égal des status Twitter et Facebook) où l 'on peut associer lien, images et autres flux.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

8
février
2010
08:44

2050, c'est pour demain

Suite de la fameuse vidéo Prometeus réalisée par l'agence casaleggio, cette version revisitée Web 3.0 nous entraine dans un futur où l'omniprésence des technologies frôle avec les limites de l'éthique d'aujourd'hui. Notamment sur la question des nanotechnologies implantables. A défaut de s'en alarmer, il faut au moins s'en informer. A suivre par exemple, le débat publique participatif "Nanotechnologies, éthique et gouvernance" retransmis en direct le 9 février.


(via spi0n)

Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

2
février
2010
17:14

SmartCity Workshop : Augmented reality


L’être humain est-il capable de percevoir le monde au-delà de la représentation qu’il en fait ?

Ceux qui ont essayé le prototype 01 d’Adelin Schweitzer ont vécu une expérience immersive hors du commun, une altération profonde des sens dans leur perception de l’environnement proche, du moins à en croire leurs témoignages.

Le visiteur se munit d’un équipement technologique complexe : casque perturbant sa vue et son ouïe, ordinateur portable au dos, caméras et micros fixés sur une paire de lunettes. Le matériel est programmé pour saisir l’environnement perçu en trois dimensions et en temps réel ; l’ordinateur retravaille les données en fonction des informations qu’elles contiennent (luminosité, mouvements, bruits, etc…) et les renvoie sous forme de « flux augmenté » dans le casque : le visiteur voit et entend la ville, le quartier, la rue, sans décalage temporel, mais de manière agrémentée différemment, avec des effets sonores ou visuels, voire l'apparition d'objets virtuels.

Adelin-schweitzer-smartcity

La vidéo suivante est une retransmission d’une des sorties faites lors de la journée "portes ouvertes" Smartcity, tournée dans les transports urbains.

Se référant aux concepts deleuziens de « territorialisation » et de « déterritorialisation », Adelin Schweitzer propose une machine à "déterritorialiser" l’individu. Car, comme il le dit lui-même, au quotidien, la ville territorialise l’individu, lui imposant un usage contraignant de son espace. Une expérience de "déterritorialisation" détourne l’environnement urbain de son usage habituel, interroge le cadre de vie, pour le rendre potentiellement plus libre de cette contrainte ; l’individu "déterritorialisé" se vivrait du même coup "désaliéné". L’augmentation de la réalité, expérimentée en contexte urbain, permettrait à l’utilisateur du dispositif d’Adelin Schweitzer de s’affranchir du territoire et de la façon dont nous le percevons au réel.

Diplômé en 2004 de l'École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence (DNAP, DNSEP), Adelin Schweitzer poursuit un travail de recherche sur l'implication du spectateur dans l'oeuvre interactive. www.deletere.org http://www.a-reality.org

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

1
février
2010
14:53

SmartCity Workshop : Les "buswaffle" du REBAR GROUP


Le Rebar Group travaille à l’intersection de l’art, du design et de l’activisme. Collectif de San Francisco, il œuvre dans l’espace urbain. Ses installations éphémères et ses performances visent à redéfinir le paysage de la ville, d'un point de vue à la fois visuel et conceptuel. Pour Smartcity, ils sont venus avec leurs « Buswaffle » gonflables et les ont parsemés sur le territoire de la Cité internationale universitaire de Paris.

Que ce soit à Gentilly ou dans la Cité universitaire, le constat fut le même à chaque sortie de ces « coussins de fleurs » : un essaim d’enfants apparaît et s’accapare ces cousins roses "interconnectables". A contrario, les adultes, souvent pressés, les évitent au lieu d'offrir à leur imagination quelques minutes de détente. En effet, ces pièces montables, très résistantes et imperméables, peuvent prendre différentes formes, ce qui engage à une sorte de "déconstructivisme" ludique.



rebar-smartcity-buschwaffle

Dans sa démarche de perturbation de l'espace public, le Rebar Group privilégie les alternatives socialisantes, qui valorisent la détente et le plaisir, tout en affichant un clair parti pris écologique. Ce dernier aspect était plus palpable avec le projet "ParkingCycle", engin cyclable recouvert de pelouse. Pour interpeler le maire de San Francisco, rien de tel que d'occuper sa place de parking réservée. Sa réaction en fin de vidéo :



Le Rebar Group est composé de quatre personnes (Teresa Aguilera, Matthew Passmore, John Bela et Blaine Merker), mettant en commun leurs compétences en architecture, en design, en graphisme et en multimédia. Depuis 2005, le Rebar Group est intervenu dans de nombreuses villes américaines ainsi qu'au Canada et en Europe. En 2008, le collectif a participé à la Biennale d'Architecture de Venise ; en 2009, à l'Experimenta Design Amsterdam, à l'ISEA 2009 Dublin. Il a en outre collaboré avec l'American Institute of Architects, le Canadian Center for Architecture, la Harvard Graduate School of Design, la Parsons School of Design, les universités de Berkeley, du Michigan, d'Amherst (Massachussetts).


del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!