"(...) l'un des gros problèmes sur lesquels nous travaillons, est la sécurité routière. Notre but est d'empêcher les accidents de la route, faire gagner du temps au gens, et réduire les émissions de carbone, en changeant totalement la manière dont nous conduisons. Donc nous avons développé une technologie pour que les voitures se conduisent elles-même". La nouvelle est pour le moins inattendue, Google déclare s’intéresse de près à la mobilité. C'est discrètement, sur son blog, que la firme a annoncé hier travailler sur des véhicules auto-téléguidés. Des phases de test ont même été lancé : sept véhicules tests (six Toyota Prius et une Audi TT) ont déjà parcouru 1500 kilomètres « seuls » et plus de 200 000 kilomètres avec l’aide occasionnelle d’un vrai conducteur. Pour autant il ne faut pas compter sur de tels moyens de transports avant plusieurs années bien que cette nouvelle pourrait accélérer les recherches concurrentes, CityMobil, un projet européen qui réunit 10 pays et 28 partenaires où le projet de Volkswagen. On notera que le moment a été bien choisi car l'annonce a été faite le 10/10/10 soit lors de la journée d'action contre les émissions à effet de serre. Autre indice confirmant cette intérêt pour les déplacements moins polluants, l'un des projets du concours d'idées "Project 10^100", financé par Google, est un monorail aérien, sorte de pédalo tyrolien...