culture mobile_le blog

6
février
2009
10:40

Quand Dada inspire le Web 2.0






Ce soir, les âmes de Roussel, Duchamp et Picabia vont hanter la salle de conférences du Palais des études de l’ENSBA.

Pour ce nouveau rendez-vous UPGRADE ! , Christophe Bruno présente ce jeudi 5 février à partir de 19h00 l’étonnant projet Dadamètre . Retrouvez Dominique Moulon, critique d’art dans le champ des arts numériques et Maria Inès Rodriguez, commissaire de la programmation Satellite du Musée du Jeu de Paume qui présente le Dadamètre depuis le 21 octobre 2008 jusqu’au 5 avril 2009 dans la galerie virtuelle du Musée.

Et si la pensée Dadaïste pouvait nous amener à anticiper les enjeux sémantiques de l’explosion de la sphère Internet ? C’est le questionnement que suggère le travail artistique de Christophe Bruno en proposant une réflexion critique sur les phénomènes de réseau et de globalisation dans les champs du langage et de l’image.

Le Dadamètre est un indice global permettant de mesurer la densité de Dadaïsme (ou Roussellisme) dans le discours en mouvement perpétuel, tel qu’il est emmagasiné sur le Web. Au travers de ce projet, il s’agit de constater et d’analyser le phénomène récent, de transmutation du langage en un marché global régi par Google. Le projet s’appuie sur les technologies de contrôle et de surveillance et une méthodologie de profilage (théorie des graphes, réseaux de neurones). L’objectif est ici d’extraire les informations textuelles contenues dans Google, afin d’opérer une cartographie du langage à grande échelle. Pour se faire, il s’inspire, en parallèle, des théorisations de Raymond Roussel datant de 1912 sur notamment la mécanisation du langage et le concept d’homophonie (pièce de théâtre Impressions d’Afrique). Les données collectées lui ont permis d’aboutir à l’élaboration de la Dadamap et du graphe sémantique R.R Engine

La version 1 du Dadamètre issue d’une co-production dans le cadre des Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid comprend pour l’instant : un site Internet décrivant le projet, une application off-line, présentant un graphe interactif et une cartographie, et des cartes imprimées. Dans le second volet de la programmation Satellite du Jeu de Paume, le projet Dadamètre proposera une version Internet du graphe interactif en français.

Upgrade #20: Christophe Bruno présente le Dadamètre Avec María Inés Rodríguez et Dominique Moulon
Jeudi 5 février à 19h à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris dans la salle de conférences, au premier étage du Palais des études.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

22
janvier
2009
18:27

Projet DCODD, "Vous êtes ici, ici, ici et encore là bas"


Débuté en été 2008 par le le collectif Microtruc, le projet DCODD propose une expérience artistique teintée de technologie et de contenu mobile. Sur 12 lieux parisiens (Place de l'Odéon, Place d'Italie, Place Gambetta, etc.) se trouvent des « code-barres » à photographier* pour réceptionner des playlists vidéos géolocalisées.

Les technologies de localisation du type GPS, code 2D ou puce RFID permettent depuis peu d’annoter la ville avec des balises informationnelles. Bientôt ces balises qui viennent “augmenter” la réalité physique seront omniprésentes. Des informations de toutes sortes liées à notre localisation (notice, publicité, état du trafic routier, plan de quartier…) seront accessibles en tout lieu et à tout moment grâce à ces technologies sans fils.["RFID : réalités, peurs et fantasmes" à Lire et Écouter sur CultureMobile].



Le collectif Microtruc a utilisé les codes 2D dans le but d'expérimenter de manière artistique cette nouvelle tendance (FlashCode, Mobile Tag, Microsoft Tag) qui va s'’intégrer petit à petit à nos comportements et à nos perceptions spatio-temporelles.
A cette hyper-localisation qui se profile, DCODD propose une délocalisation. Ce projet s’inscrit ainsi dans le décalage plutôt que dans le mimétisme avec le lieu. Les vidéos associées au lieu ne sont ni touristiques ni documentaires ; elles tendent à créer un lien dépaysant, voir déconcertant, avec leur contexte de consultation comme l'illustre la dernière playlist en date réalisée par Yroyto "12 places, 12 démolitions,12 improvisations".

*Il faut aussi télécharger une petite application gratuite. C'est expliqué ici. Si vous n’habitez pas la capitale, vous pouvez visionnez les 4 premières playlists vidéos du projet DCODD sur youtube.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

19
décembre
2008
14:26

Twitter : Pour ou contre ce nouveau mode de communication ultra rapide ?


Révélé lors de l’élection de Barack Obama, le service gratuit de microblogging Twitter a de nouveau agité la sphère médiatique suite à son utilisation massive par les internautes pendant les attentats de Bombay en novembre 2008.


Twitter signifie gazouiller. Un tweet, comprenez un message, peut être envoyé depuis un ordinateur, un téléphone portable ou une messagerie instantanée, sur une plateforme indépendante. Une seule contrainte : 140 caractères (espace compris) au maximum. Deux fonctions très simples : Suivre (follow) pour s’abonner aux messages d’une personne, et Etre suivi (followed). Une possibilité minimale d’expression, une rapidité de transmission hyper réactive et un réseau qui ne cesse de s’élargir. Créé en mars 2006, sa fréquentation aurait augmenté de 466 % depuis septembre 2007.
L’outil est imbattable sur les breaking news, cela ne fait plus de doute, les exemples ne manquent pas : annonce du tremblement de terre de Los Angeles le 29 juillet dernier, informations inédites sur l’état des habitants reclus lors du passage de l’ouragan Gustav aux Etats-Unis, du cyclone Nargis en Birmanie…




Transmises par fragments, sur le mode du story telling tel que Christian Salmon l’a conceptualisé en 2007 dans son livre Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, les informations venues des Twitter sont en passe de modeler les modes d’information des médias classiques. Mais ce service est loin de faire l'unanimité. Ses détracteurs, non sans raison, lui reprochent notamment le manque de recul sur l’information ainsi générée : hyper-réactif, certes, mais sans aucune analyse ou vérification possible.

Alors, pour ou contre les gazouillis effrénés ? A suivre dans les mois qui suivent...

http://twitter.com/

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

17
décembre
2008
18:49

Dans la nuit, des images : dès ce soir au Grand Palais


Ce soir : inauguration de l’exposition événement Dans la nuit, des images au Grand Palais à Paris.
La manifestation marque la clôture de la Présidence française de l’Union européenne et de la Saison culturelle européenne, dont Orange est grand partenaire. Du 18 au 31 décembre 2008, la Nef du Grand Palais se pare d’images et présente un large panorama de la création audiovisuelle et multimédia européenne la plus innovante.



© Charles Sandison

Sous la houlette du charismatique directeur de l’Ecole d’art du Fresnoy, Alain Fleischer, l’exposition rassemble plusieurs dizaines d’installations et de projections photographiques, cinématographiques et vidéographiques, pour la plupart réalisées par de jeunes artistes et produites par Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains.

De grandes pointures se mêlent aussi à la jeune création. Au sein de ce véritable cabinet de curiosité de la création multimédia, notons la présence de sommités telles que Jeff Mills. Incontournable dans le milieu des musiques électroniques, le DJ fera la démonstration de sa capacité à synchroniser son et images le temps d’une performance le vendredi 18 décembre à 20h30.

Autre élément marquant de cette programmation : le colloque international « Vitesses Limites » qui se tient le 19 décembre de 10h à 13h. Artistes, sportifs, philosophes ou encore ingénieurs sont rassemblés autour d’une réflexion sur les dimensions de la vitesse dans nos sociétés et sur leurs implications et impacts. Le domaine de l’image se définit par un télescopage incessant des supports et des contenus. Les images glissent les unes sur les autres, au risque de la saturation. Découvrez notamment pour ce débat plus qu’actuel le point de vue des philosophes Alain Badiou et Bernard Stiegler, du physicien Jean-Marc Levy-Leblond, du géographe et urbaniste Michel Lussaut, ou encore d’Emmanuel Mahé, expert à OrangeLabs.

Enfin, ne quittez pas le Grand Palais sans avoir vu les œuvres de deux jeunes artistes coproduites par Orange : La cartographie des émotions populaires - UrbanMobs/Ubique de Yann Leguay et Les âmes volantes de Bertrand Dezoteux.
L’installation visuelle et sonore UrbanMobs/Ubique met en évidence la manière dont les habitants de villes européennes vivent au rythme d’événements populaires en communiquant leurs émotions par le téléphone mobile.
Les âmes volantes quant à elle se propose d’établir un pont entre monde virtuel (visible via des écrans) et monde réel (qui se présente à l’individu sans écran) et tisse de nouveaux liens entre les personnes et le réseau.

En attendant le compte rendu détaillé de cet événement sur le site Culture Mobile, il ne vous reste plus qu’à profiter de ces quelques nuits pour vous plonger dans un monde d’images…

Dans la nuit, des images
18 au 31 décembre
Nef du Grand Palais - Paris
Plus d’informations sur www.lefresnoy.net

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

12
décembre
2008
10:41

Numérisation du patrimoine culturel: le portail européen en ligne MICHAEL



La numérisation et l’accessibilité en ligne des contenus culturels et scientifiques sont actuellement des préoccupations majeures pour les états membres et l’Union européenne. Dédale vous propose de découvrir sur le blog de Culture Mobile une série d’initiatives innovantes en matière de numérisation du patrimoine culturel européen.

MICHAEL est un catalogue en ligne multilingue dont l'objectif est de fournir un accès simple et rapide aux collections numérisées des musées, bibliothèques, archives, monuments... des pays européens. Ce service permet aux étudiants, chercheurs, touristes et à tous les citoyens de rechercher et de consulter plusieurs fonds culturels nationaux depuis un point d'accès unique. L'utilisateur peut lancer une recherche par sujet, époque, type d'institution ou localisation, ou faire des recherches en texte intégral.
MICHAEL compte à présent près de 8000 collections provenant de plus de 3000 institutions culturelles européennes. Des centaines de milliers d’objets et d’œuvres numérisés se trouvent ainsi accessibles via ce portail.



Le projet MICHAEL a été initié par la France, l'Italie et le Royaume-Uni en 2004, dans le cadre du réseau européen MINERVA. A partir de 2006, le projet a été élargi à d'autres pays européens: l'Allemagne, l'Espagne, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, la République Tchèque et la Suède ont ainsi rejoint le projet, suivis peu après par la Bulgarie, l'Estonie, la Communauté flamande de Belgique, la Lettonie et la Slovaquie. Chacun de ces pays est chargé, en suivant le même modèle, de développer sur internet son propre catalogue national MICHAEL. Ces bases de données nationales interopérables viennent alimenter le portail européen MICHAEL.

L’Europe s’est engagée dans le développement de la société de l’information et dans la construction d'Europeana, la bibliothèque numérique européenne. MICHAEL y contribue en apportant son catalogue en ligne des collections culturelles numérisées à la bibliothèque numérique.
Au-delà de cette valorisation des collections nationales, MICHAEL met également en avant, les savoir-faire en matière de numérisation et de constitution d'inventaires numérisés. Il occupe ainsi une place de premier plan dans la politique de développement de services culturels en ligne en Europe.
http://www.michael-culture.org

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

2
décembre
2008
12:40

Numérisation du patrimoine culturel: le réseau MINERVA



La numérisation et l’accessibilité en ligne des contenus culturels et scientifiques sont actuellement des préoccupations majeures pour les états membres et l’Union européenne. Dédale vous propose de découvrir sur le blog de Culture Mobile une série d’initiatives innovantes en matière de numérisation du patrimoine culturel européen.

Un manuel consacré aux besoins des utilisateurs à l'ère du web 2.0 vient d'être édité par le réseau européen MINERVA. Ce dernier né des produits MINERVA est consultable gratuitement en ligne, ainsi que toutes les autres publications réalisées par le réseau. L'ensemble de ces outils a été spécialement conçu pour favoriser la mise en œuvre d'actions de numérisation, la création de collections numériques et leur publication sur Internet.



MINERVA est un réseau ministériel européen sur le thème de la numérisation et de la valorisation du patrimoine culturel. Son objectif est de permettre la coordination des activités de numérisation des contenus culturels et l'élaboration d'un ensemble de recommandations concernant la numérisation, les métadonnées, l'interopérabilité et les sites web culturels.
Le projet a débuté en 2002 avec le lancement de MINERVA, étendu en 2004 à de nouveaux pays grâce à MINERVA Plus. A partir d'octobre 2006, une nouvelle initiative MINERVAeC a poursuivi le travail entrepris lors des deux premiers projets. MINERVAeC vise à soutenir la création de la Bibliothèque numérique européenne (Europeana)- voir post du 20 novembre.

MINERVAeC rassemble des ministères, des agences gouvernementales, des institutions publiques et des experts des secteurs culturels et de la société de l'information en Europe issus d'une vingtaine d'Etats membres.

Les objectifs de ce réseau thématique sont de :
  • donner une visibilité aux initiatives nationales
  • promouvoir l'échange de bonnes pratiques
  • garantir la diffusion de l'information concernant les programmes communautaires au niveau national et local


MINERVAeC vient de s'achever en octobre 2008 mais, afin que cette collaboration européenne fructueuse puisse se poursuivre, une association internationale d'experts et d'institutions, MINERVA.net, sera prochainement constituée.
http://www.minervaeurope.org

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

1
décembre
2008
18:01

Espace public de création connective : IN/OUT x.0



Des artistes et des chercheurs se sont appropriés les potentialités d'échange de flux de données en temps réel au travers d'œuvres interconnectées présentées dans plusieurs lieux franciliens.

9 installations connectées d'artistes/chercheurs sont exposées dans les lieux partenaires de la manifestation IN/OUT x.0, organisée par le CITU (Universités Paris 1 et Paris 8) avec Ars Longa, la Bellevilloise (Paris), le Cube (Issy-les-Moulineaux), la Maison Populaire et le Studio PétaHertz (Montreuil), l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image (Poitiers), Ecole Nationale Supérieure d'Art et L'Autre Canal (Nancy).



IN/OUT x.0
Accès aux expositions :entrée libre
Voir horaires selon les lieux
http://www.citu.info/#projet_123_1
http://in-out.citu.fr/wiki

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

28
novembre
2008
18:14

Nouvelles écritures cinématographiques sur mobiles


Sur l'invitation de Dédale, organisateur du festival Emergences dédié aux formes artistiques émergentes et aux nouvelles technologies, 5 artistes français ont réalisé un film de 3 minutes avec un mobile.

Cette série s'inscrit dans le projet Roma Paris en trois minutes mis en place dans le cadre de la Saison culturelle européenne, organisée pendant la Présidence française de l'Union européenne et dont Orange est partenaire officiel.
10 artistes pluridisciplinaires, 5 français et 5 italiens, racontent leur capitale dans un film de trois minutes tourné avec un téléphone portable.

Votez pour le tandem franco-italien de votre choix et gagnez un mobile Nokia N95 ou l'un des nombreux lots en jeu, sur le site du projet : www.romaparisintreminuti.fr.


PA, Sophie Laly


PARIS-ÇI, Christian Rizzo (cf le post du 13 novembre)


L'AN 2.0, Collectif Streetbooming


TURBO 2088, Collectif Pied La Biche (Infraksound, Zoom, Damien Masson, cf. le post du 25 septembre)


Elsewhere Paris, Pierre Giner + Playdoh

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

27
novembre
2008
17:34

Numérisation du patrimoine culturel en Europe : rencontre majeure au quai Branly



Aujourd'hui et demain, une importante conférence internationale sur la "Numérisation du patrimoine culturel" se tient au Musée du quai Branly.

La numérisation et l'accessibilité en ligne des contenus culturels des États membres et la conservation numérique sont essentielles à la valorisation du patrimoine culturel, au dynamisme de la création de contenus et à l'émergence de nouveaux services en ligne. Elles contribuent à la démocratisation de l'accès à la culture et au développement de la société de l'information et de l'économie de la connaissance.

L'année 2008 correspond à une étape importante dans la construction de la bibliothèque numérique européenne, avec le lancement du prototype Europeana la semaine dernière. Victime de son franc succès (cf. billet du 20 novembre), le site ne sera accessible que dans quelques semaines.

L'objectif de la conférence est de présenter à un large public professionnel différentes réalisations en matière de numérisation du patrimoine culturel développées dans l'Union européenne : ainsi outre EUROPEANA, seront exposés des projets comme MICHAEL (inventaire multilingue du patrimoine culturel européen), des portails nationaux et thématiques, la mise en réseaux des contenus numérisés dans l'ensemble des domaines du patrimoine (archives, bibliothèques, musées, audiovisuel, patrimoine architectural et archéologique…), les nouveaux usages et nouveaux services pour les publics, des modèles de collaboration entre secteurs public et privé.

Et prochainement sur le blog Culture Mobile, retrouvez des présentations détaillées de certaines de ces initiatives les plus exemplaires.


http://www.numerisationeurope.eu
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

26
novembre
2008
13:55

Art numérique, design & musique au programme du Festival Cimatics à Bruxelles.



Du 27 au 29 novembre, la 6ème édition de Cimatics déploie à Bruxelles son éventail de concerts, performances audiovisuelles, live cinema, installations génératives et autres expérimentations audiovisuelles et digitales surprenants.

En ouverture de cet événement, "fLUX, binary waves" de LAb[au], installation interactive, que certains auront peut-être déjà admiré à St-Denis (cf. le billet du 13 octobre).


© LAb[au]

Pour ceux qui voudraient plonger dans l'univers de Casey Reas, artiste américain diplômé du MIT - Massachussetts Institute of Technology et précurseur de l'art génératif, rendez-vous au Mediaruimte, où est présenté son installation interactive The Protean Image ainsi que son projet graphique MicroImage.


© Casey Reas - Installation view, TAG gallery, The Hague.

Côté performances et spectacles audiovisuels, le Mediaruimte accueille également Death of a typographer, un concert/performance visuelle de Olaf Bender aka de Byetone (raster-noton, De), tandis que chez iMAL aura lieu, entres autres, une performance audio-visuelle du label Artkillart avec Marika Dermineur, Reynald Drouhin, Antoine Schmitt, RYBN, Vincent Epplay. Mais le festival ne s'arrête pas là, à vous découvrir les trésors inattendus.


© Byetone

Cimatics 2008 - Bruxelles
27 au 29 novembre 2008
http://www.cimatics.com
info@cimatics.com

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!