culture mobile_le blog

31
août
2010
09:06

AlloSphere, interface d'accès à la connaissance [3]


allosphere-kuchera-morin

Allosphere necessite une réelle implication des participants, impossible de seulement venir flaner, il va falloir faire chauffer les neurones! Pensez cette interface immersive comme un microscope géant, digital, changeant dynamiquement, connecté à un super-ordinateur. 20 chercheurs peuvent tenir sur un pont suspendu à l'intérieur, et être complètement immergés dans leurs données...

Joann Kuchera-Morin est la directrice du centre Research in Electronic Art Technology (CREATE) de l'université de Santa Barbara. Avec son équipe, elle a créé Allosphère, un espace immersif dédié à la co-création. Dans cette "capsule", les murs sont tapis d'écrans pour mieux isolés les chercheurs au centre de leurs travaux, souvent simulés sous forme d'univers 3D complexe. Des outils à disposition permettent d'interargir sur les images projetées et de sculpter en direct ses propres idées. Le tout s'apparenterait presque à une mémoire rendue tangible où chaque connexion neuronal correspondrait à une discussion entre les chercheurs. En somme, un cocon parfait pour produire et murir des idées. Démonstration.

Beaucoup de présentations TED ont été traduites en français! Profitez-en! (A notez que le player vidéo est très pointu : la vidéo est entièrement retranscrite en texte, vous cliquez sur une phrase et la tête de lecture vous place à l'endroit exacte de la vidéo.)

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

26
août
2010
17:02

Le Labo de la BNF, interface d'accès à la connaissance [1]



Ecran mural tactile / Crédits: Jean-Claude Pattacini / BnF

Le design d'interaction se place à la frontière du design et de la création d’interfaces utilisateur. Il ne semble pas y avoir pour l'heure de standard établi par domaine d'activité (je laisse les spécialistes en débattre dans les commentaires). Chaque constructeur essaye plutôt d'homogénéiser une même interface à l'ensemble de ses produits ; exemple, Sony avec ses TV, consoles de salon et téléphone mobiles. Mais qu'en est-il des espaces publics de partage de connaissance comme les bibliothèques?
La numérisation du patrimoine était la première étape d'un processus qui devrait, via des nouvelles interfaces, renouveler notre expérience de l'apprentissage. Le Labo de la Bibliotheque nationale de France tend a défricher ses nouvelles attentes..

«Demain, les collections vont s'enrichir de contenus multi média, 3D, et seules ces nouvelles interfaces vont permettre, par des gestes efficaces, naturels et intuitifs, de les numériser, les stocker, les gérer, les partager, et en donner accès à des publics classiques ou ceux de la génération des consoles et tablettes, déjà sensibilisés à ces nouvelles techniques.»

« le Labo » est un espace de 120 m², installé dans le hall Est de la bibliothèque François-Mitterrand à Paris, près de la salle de lecture. Lecteurs, chercheurs et visiteurs sont conviés à essayer l'écran mural tactile géant qui propose un accès aux milliers de données des collections numériques de la BNF. Ces données sont reliées à des tablettes de lecture et à du « papier électronique », de petits écrans munis de stylets.

Avec ce lieu expérimental, la Bibliothèque Nationale permet aux usagers de tester les modes de lecture, d’écriture et de diffusion de la connaissance du futur. Elle entend ainsi rester à la pointe de la réflexion sur les nouvelles technologies, dites "de rupture", susceptibles de se substituer très vite au livre, voire au simple ordinateur. Une premièere conférence aura lieu le 21 septembre 2010 sur le thème «Lecture et écriture du futur».

A voir aussi : La bibliothèque du futur – TransformationLab – Prototyping the Future

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

25
août
2010
09:58

Visualisation de données : rendre compréhensible la complexité

Aujourd'hui, la capacité à générer et acquérir des données a largement dépassé notre capacité à les appréhender. Elles sont si riches et nombreuses qu'il est parfois difficile des les assimiler et de s'en servir pour construire son analyse personnelle. Les infographies ont toujours été une aide précieuse au corps journalistique pour expliciter des situations complexes. La presse, en pleine mutation, pourrait trouver dans cette exploitation de la «data» une valeur ajoutée qu'elle avait jusqu'alors isolée. De plus, comme ces données ont des chance d'être le fer de lance du web de demain (cf.Tim Berners-Lee: The year open data went worldwide), il pourrait être bon de suivre l'engouement qui s'exerce outre atlantique car ces nouvelles analyses visuelles, concises et didactiques, épousent les caractéristiques du support multimédia (prédominance de l'image, interactivité, espace d'exposition, actualisation...). Voici quelques exemples concernant la mobilité et les télécommunications.

What the tweet Mobile browser market share A brief History of Modern Communication Qui vous observe sur le net

Ou trouver ces «datavisualisations» :

KJB de signets graphiques

Webilus, le web en image

Infosthetics

Actuvisu.fr

A noter que ce concept peut aussi prendre la forme de vidéo :

TakePart: Participant Media - Waiting For 'Superman' - Infographic from Jr.canest on Vimeo.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

23
août
2010
07:54

Vidéo en poche ? C'est votre film sur une clé USB à sa sortie en salles de cinéma

Ce film qui vient de sortir, vous voulez le voir tranquillement chez vous sur le grand écran de votre « home cinéma », ou vous souhaitez simplement le regarder dans le train que vous vous apprêtez à prendre. Bref, cette fois, vous n'avez pas envie de vous adonner au rituel de la salle obscure. Mais vous ne voulez pas non plus télécharger l'œuvre en version piratée sur Internet. L'initiative des cinémas Utopia, réseau qui réunit des salles indépendantes à Avignon, Montpellier, Toulouse, Saint-Ouen l'Aumône, Pontoise ou encore Bordeaux, a été pensée pour répondre à ce casse-tête. Son principe : lorsque sort le film qui vous fait envie, vous vous rendez à la caisse de la salle en question avec un « support amovible type clé USB ou carte mémoire », et l'on vous le copie dessus. Une fois le film sur votre clé ou votre carte, vous en faites de que vous voulez, y compris le copier pour des amis. Le coût de cette « Vidéo en poche » ? 5 euros, dont 3 pour l'ayant droit, 1,18 pour la salle et 0,82 de TVA. La résolution minimale de la vidéo est celle d'un DVD, et quand la source le permet la vidéo sera en haute définition. Le système a été expérimenté à Bordeaux le 7 juillet dernier, et devrait être étendu à toutes les salles Utopia en septembre. De fait, l'initiative se revendique

>> Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

17
août
2010
08:35

5 projections vidéo monumentales

La pratique s'appelle le "vidéo mapping". Relativement accessible, ce "texturage vidéo" nécessite des vidéoprojecteurs surpuissants et un savoir faire en modélisation 3D. Ces spectacles sons et lumières sont de plus en plus programmés sur les monuments imposants. Si les feux d'artifices ne sont pas votre fort, vous pourrez vous régalez avec ces nouvelles festivités visuelles pendant votre été. S'il n'y en a pas près de chez vous, précipitez vous sur les vidéo ci-dessous! (n'oubliez pas d'activer le mode plein-écran).

AntiVJ - SONGDO from AntiVJ / Joanie on Vimeo.

Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!