Les technologies peuvent avoir un rôle salvateur vis à vis des déficiences physiologiques dont certains sont tributaires. Chercheurs, ingénieurs et hackers (cf : L'oeil bionique - la vision augmentée) ont conçu des solutions capables d'interpréter des données brutes (parole) et suggérées (langage corporel) afin de les retranscrites sous une forme assimilable par l'interlocuteur.

L'Intel reader se présente sous la forme d'une tablette mobile capable de traduire un texte photographié. Ce scanner OCR (reconnaissance optique des caractères) analyse les caractères, puis dicte le texte à l'aide d'une synthèse vocale. Une opportunité pour les malvoyants d'appréhender l'information qui les entourent.



De leur coté, les chercheurs de l'Institut de technologie de Karlsruhe (KIT) ont mis au point un procédé de "communication silencieuse". Leur appareil identifie puis enregistre les mouvements des lèvres d'une personne, sans qu'aucun son ne soit émis. L'interlocuteur reçoit un message diffusé par une voix artificielle. Concrètement, le dispositif reconnaît les impulsions électriques émises par les muscles (cf : Skinput) de la bouche pour parler. La démonstration s'effectue ici grâce à des électrodes placées sur le visage, mais il est prévu que dans un avenir proche le dispostif pourra s'en passer.



Squibble Portable Braille Interface” du designer Andrew Mitchell serait doté d'un clavier en braille, dynamique, pour adapter sa surface en fonction des messages reçus.