culture mobile_le blog

29
juillet
2010
09:37

Street Slide, nouvelle orientation dans la cartographie 3D

Ça se passe dans votre ville sous vos yeux, sur vos écrans. Google et Microsoft se disputent leurs quartiers. Telle une guerre des gangs, les deux barons du net veulent posséder la ville...et surtout sa représentation numérique. On pensait Street View de Google tout puissant, maintenant il faudra compter sur Microsoft et son Bing Maps qui tente l'innovation pour la démarque. Avec Street Slide, Microsoft rappelle que la bataille n'est pas gagnée d'avance.

Nouvelle option de navigation sur les cartes 3D immersives des routes et chemins. Il s'agit de simplifier les déplacements, souvent laborieux, dans cet espace 3D simulé. L'idée est d'aplatir le décors sous formes de bandes, pour mieux voir l'étendue d'une rue et peut être, mieux mémoriser sa structure le jour où l'on s'y rendra. En comparaison avec le sillonnage d'une ville en automobile, le nouvel affichage revient à observer la rue non plus à la place d'un conducteur, mais à la place du passager qui observe la rue latéralement. Le tout permet un déplacement sur la carte bien plus ergonomique , et pratique si l'on ajoute des métadonnées comme les logos de magasin, leurs horaires, leurs promos...

HistoryPin propose de surimposer de vieilles photos (1840- à nos jours) sur les enregistrements récents de Google Street View (voir image ci-dessous).

HistoryPin

L'idée est précieuse car elle permet de mettre à jour constamment la représentation numérique du monde environnent ; d'autre part elle inscrit en mémoire le patrimoine architecturale et son empreinte dans l'histoire. Mais une fois de plus Bing Maps riposte et propose une fonctionnalité similaire mais plus poussée, car cette fois c'est la captation vidéo via mobile qui est inscrustée dans la cartographie (cf. vidéo ci-dessous, 5'00). Impressionnant!



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

24
juillet
2010
14:04

Les grandes firmes aimeraient prédire le futur




Anticiper le futur permet aux empires industriels de se maintenir face à la concurrence. Veille technologie, étude prospectiviste, espionnage industriel... on imagine que les stratagèmes doivent être nombreux et sophistiqués pour parfaire cette mission. Microsoft et Google ont forcement quelques tours dans leurs chapeaux ; il y a peu, ils nous laissaient en entrevoir quelques uns. Aperçu.

« Predestination » de Microsoft Research vise à prédire les trajets des automobilistes. Une étude a récolté les données du trafic routier et les coordonnées GPS d'un panel de 169 conducteurs sur plus de 7000 trajets. Avec cette observation empirique, Microsoft tend à créer un algorithme suffisamment puissant pour automatiser des centres de données, des systèmes de management en entreprise ou domestique. «Notre mobilité est prévisible et régulière» annonçait un article sur le site InternetActu.net. Il semble que celà se confirme.

Roi soleil du moteur de recherche, Mr Goolgle a récemment placé quelques cartes dans l'entreprise Recorded Future, spécialisée dans la recherche des références d'événements annoncés ou prévisibles. Vous pouvez dors et déjà tester cet outil si vous êtes prêts à débourser 115€ par mois. Le site vous proposera de détailler votre recherche en remplissant trois champs : « What » (« quoi », l'évenement qui vous intéresse), « Who/Where » (« qui/où », la personnalité, l'entreprise ou le pays concernés) et « When » (« quand », dans une semaine, un mois, un an…). Démonstration (en anglais).


Si vous avez déjà essayé ce moteur de recherche, n'hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Comme rien ne vaut le «fait-maison», vous pouvez regarder dans la boule de cristal participative de FutureStates Predic-o-Meter, interface sous forme de ligne de temps ou chacun peut déposer une prédiction, concrète ou imaginaire. Dommage quelle soit unqiuement en anglais. A quand une version française sur Culturemobile :) ?



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

8
juillet
2010
10:15

En attendant la vision augmentée [3]


2020-diet

En 2009 les applications à base de réalité augmentée ont inondé le marché. Beaucoup d'entreprises se sont empressées de surfer sur cette vague pour profiter de l'engouement et de l'attention qui s'y prêtait. A l'image du buzz Inaked (cette application fictive qui déshabillait les personnes), beaucoup de ces services ont d'avantage fait parler d'eux qu'ils n'ont fait émerger d'usages. La faute revient peut être aux appareils mobiles qui ne facilitent pas encore cette pratique : de la faiblesse des batteries à la vision par écrans interposés. Des lunettes pourraient favoriser la consultation de cette couche informative supplémentaire.

Exemple fictif pour l'heure avec cette fausse publicité qui a participé à la promotion marketing du film Iron Man 2, ventant un produit qui n'existe pour l'instant que dans les films de fiction, une paire de lunette capable d'ajouter des informations sur l'environnement observé. Un concept qui semble intéresser le constructeur Nokia...



Entrez dans l'immersion la plus totale, gangrénée par la publicité outrancière et la technologie surexploitée ; celle de « Augmented (hyper)Reality: Domestic Robocop » de Keiichi Matsuda à travers ce court métrage réalisé en fin de cursus étudiant en architecture.



Selon les estimations de l'auteur de cet article de Forbes « Your Life in 2020 » dont ces illustrations sont extraites, il nous faudra encore attendre une petite dizaine d'année pour s'essayer à ce type d'expérience.

2020-bar

2020-clothes

Plus concret maintenant, le dossier Culturemobile « La réalité augmentée : tour d'horizon d'une technologie qui revient à la mode » vous informera sur la passée de cette technologie et vous présentera des projets passionnants, qui eux sont bien réels.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

7
juillet
2010
10:00

A quoi ressembleront les festivals en 2050 ?


Future_festivals_Navigation&Connectivity

La saison des festivals a bel et bien commencé! Les Solidays ont battu un record d'affluence, Arles et les Vielles Charrues s'apprettent à ouvrir leurs portes et les Eurockéennes ouvrent l'appétit avec iRock leurs webreportages de l'édition 2009. En Angleterre, le partenariat entre le festival de Glastonbury et l'opérateur Orange fait une fois de plus écho jusqu'ici. Cette année, il ne s'agit pas d'un nouvel artefact hight tech écolo mais d'une prospective sur le futur des festivals. L'étude a été réalisée par des futurologues dans le cadre des 40 ans du festival ; l'idée était justement de s'imaginer au même endroit 40 ans plus tard, en 2050.

Les transmissions corporelles

Grâce a des technologies intelligentes incorporées dans les vêtements, chacun pourra transmettre aux autres combien il profite du festival. Comment ? Grâce à des capteurs de phéromones qui indiqueront sur vos vêtements que les morceaux qui passent ne vous laissent pas indifférents. Le rapport se penche également sur la faisabilité de tatouages qui, reliés à l'Internet, serviraient d'interface pour communiquer d’amis à amis les impressions sur la performance d'un artiste. Au final, les festivaliers seront capables de transmettre leurs ressentis via des nanotechnologies corporelles qui réceptionneront ce que le festivalier voit, entend et sent.

Partage d’instant

Cette innovation porterait sur la façon dont les concerts seraient diffusés et appréciés par des spectateurs non présents sur le site le jour « J ». Construit sur un moteur de recherche sémantique, les téléspectateurs pourront rechercher un spectacle basé sur leurs émotions et leurs humeurs du moment. Leur téléviseur, au combien plus évolué qu'aujourd'hui, proposera un dispositif holographique pour rendre compte de l’immersion habituellement vécue, dans la fosse, entourés d’amis et d’autres spectateurs. « Playlists » personnalisées et autres remixes seront de la partie, utilisés comme éléments de partage sur les réseaux. (cf. Neurosonics Live, les hologrammes n'existent pas encore... (fev2010)


Future_festivals_Interactive_Remote

Multisensorialité

Pour renforcer le degré d'interaction entre l’artiste et le public, il faudra superposer l'immédiateté de la performance avec de nouvelles technologies. Par exemple, les drapeaux traditionnels brandis dans la fosse deviendront des panneaux de messages holographiques visibles uniquement par l’artiste, sans gêner les festivaliers plus reculés. Cela permettra au public d'influencer la façon dont se déroule la performance et de donner à l'artiste la possibilité d'interagir avec les fans ; un jeu de scène plus social en somme. La foule sera en mesure de faire réagir l’espace scénique de l’artiste à l'aide d’interface à reconnaissance gestuelle des trois dimensions. Des technologies haptiques créés sur des nouveaux textiles permettront aux festivaliers de se toucher et de se sentir les uns les autres sans pour autant regarder dans la même direction de la scène.


Future_Festivals_Immersive_Live_Experience

Ce billet n'est qu'un résumé, le document source est à consulter ici, (non traduit).

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!