culture mobile_le blog

24
septembre
2010
14:19

Seabird, le mobile rêvé par la communauté Mozilla


seabird

Élégant, original et visionnaire, le mobile Seabird surprend. La prouesse revient aux membres de la communauté Mozilla, qui ont su dans leurs échanges d'idées sur le Mozilla Labs' Concept Series, aboutir à un concept à mi-chemin entre le téléphone mobile et le futur de l'ordinateur. Un argument de plus dans la théorie de Eric von Hippel, comme quoi "il y a 2 à 3 fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie".

Dans cette vidéo finale, modélisée par le contributeur/designer Billy May, on découvre un téléphone dont l'interaction repose sur un dongle bluetooth et deux pico-projecteurs externalisant le clavier et l'écran ; le tout reposant sur une batterie à recharge sans fil. Un gain de place considérable pour un confort optimum. Tout comme le Nokia Morph, on apprécierait l'avoir dans la poche...un jour.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

21
septembre
2010
21:20

Cuisinons au futur


Le 23 septembre, l'Electrolux Design Lab récompensera l'étudiant designer le plus prometteur sur le sujet imposé de l'electroménager en 2050. Réfrigérateur extérieur, étagère à induction, machine à laver mobile, tous les concepts répondent ici à une problématique qui hantera probablement le quotidien des citadins futurs : l'économie d'espace. Autre marque à partager cette vision de l'avenir, Ikea et son projet de cuisine "SHARP", résultat d'une étude anglaise, envisageable pour 2040.

Avant de sélectionner parmi ces 8 finalistes, Electrolux s'est offert une coquette vidéo regroupant les meilleurs projets en compétition :

Ikea semble tabler son étude sur trois tendances : le “retour à la nature" (première image ci-dessous) soit cultiver ses légumes en intérieur, les “cuisines intelligentes” ou vous serez secondés par un chef cuistot en hologramme, et même les “cuisines émotionnelles” dont l'éclairage devrait s'autogérer en fonction de votre humeur. Le second concept exposé ci-dessous n'est rien de moins qu'une imprimante à cuisiner! (voir le concept des RepRap). "Et bon appétit bien sûr!"

+ d'info

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

26
août
2010
17:02

Le Labo de la BNF, interface d'accès à la connaissance [1]



Ecran mural tactile / Crédits: Jean-Claude Pattacini / BnF

Le design d'interaction se place à la frontière du design et de la création d’interfaces utilisateur. Il ne semble pas y avoir pour l'heure de standard établi par domaine d'activité (je laisse les spécialistes en débattre dans les commentaires). Chaque constructeur essaye plutôt d'homogénéiser une même interface à l'ensemble de ses produits ; exemple, Sony avec ses TV, consoles de salon et téléphone mobiles. Mais qu'en est-il des espaces publics de partage de connaissance comme les bibliothèques?
La numérisation du patrimoine était la première étape d'un processus qui devrait, via des nouvelles interfaces, renouveler notre expérience de l'apprentissage. Le Labo de la Bibliotheque nationale de France tend a défricher ses nouvelles attentes..

«Demain, les collections vont s'enrichir de contenus multi média, 3D, et seules ces nouvelles interfaces vont permettre, par des gestes efficaces, naturels et intuitifs, de les numériser, les stocker, les gérer, les partager, et en donner accès à des publics classiques ou ceux de la génération des consoles et tablettes, déjà sensibilisés à ces nouvelles techniques.»

« le Labo » est un espace de 120 m², installé dans le hall Est de la bibliothèque François-Mitterrand à Paris, près de la salle de lecture. Lecteurs, chercheurs et visiteurs sont conviés à essayer l'écran mural tactile géant qui propose un accès aux milliers de données des collections numériques de la BNF. Ces données sont reliées à des tablettes de lecture et à du « papier électronique », de petits écrans munis de stylets.

Avec ce lieu expérimental, la Bibliothèque Nationale permet aux usagers de tester les modes de lecture, d’écriture et de diffusion de la connaissance du futur. Elle entend ainsi rester à la pointe de la réflexion sur les nouvelles technologies, dites "de rupture", susceptibles de se substituer très vite au livre, voire au simple ordinateur. Une premièere conférence aura lieu le 21 septembre 2010 sur le thème «Lecture et écriture du futur».

A voir aussi : La bibliothèque du futur – TransformationLab – Prototyping the Future

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

10
août
2010
12:30

RepRap, vers des imprimantes 3D auto-replicantes

Les imprimantes 3D ne sont pas encore répandues sur le marché que leur atout premier, la matérialisation d'objet 3D, pourrait se voir déjà détourné. Le but actuel du projet RepRap est la conception d'une imprimante 3D auto-réplicative libre, dont les plans seront disponibles à tous. Beaucoup de questions et de problématiques restent à travailler pour arriver à un résultat satisfaisant, mais le projet prend forme.

A l'heure actuelle, les imprimantes 3D coutent chères. Les entreprises qui en disposent (Sculpteo , Shapeways,...) offrent des services d'impression à distance : vous envoyez (ou selectionnez) un modéle 3D et vous recevez quelques jours plus tard la sculpture miniature. En pratique il faut compter environs 6H pour une figurine de 6 cm pour un coup d'environs 30€ [démonstration vidéo]

Le projet RepRap a pour but de permettre la création d'une machine capable de se répliquer. Si la structure peut être imprimée/fabriquée, les circuits imprimés et autres tiges de métal utiles aux déplacements de la tête d'impression limitent encore la progression. Un autre problème ralenti aussi le projet, le coût du plastique et de son conditionnement... et ce, alors que les poubelles sont pleines de ces matériaux et ne demandent qu'à être consommés. D'où une réorientation du projet pour l'optimiser au mieux.
« Techniques de tri, fabrication d'une broyeuse "domestique" basse consommation, l'enjeu est de taille : il est question de pouvoir enfin trier ses déchets plastique et les utiliser directement : une source "inépuisable" pour des projets de fabrication domestique, repenser certains achats...des questions de société émergent naturellement de cette possibilité » résume le compte rendu de la présentation faite par les initiateurs du projet Alexandre Korber, Vanessa Brunet, Ursula Gastfall lors des rencontres Estives Numériques tenues le mois dernier.

RepRap

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

6
août
2010
12:21

Et la pensée devient télécommande

Contrôler un avatar, envoyer des textos, jouer au flipper... toutes ces actions ont un point commun, elle peuvent être engendrées par un humain, uniquement par la pensée. Les dispositifs capables de cette prouesse sont les interfaces Cerveau/Ordinateur (BCI ou Brain Computer Interfaces). Elles permettent à son utilisateur d’envoyer des commandes à un ordinateur ou à une machine directement à partir de son activité cérébrale [vidéo explicative]. Ce mécanisme surprenant révèle un peu plus la troisième lois de d'écrivain de science-fiction Arthur C. Clarke "Toute technologie suffisamment avancées s'apparente à de la magie".

«Quand le cerveau prend une décision, que ce soit un ordre vers un muscle, ou un choix sur un menu de restaurant, cela se traduit par des échanges électriques entre neurones. Grâce à des capteurs électro-encéphalographiques sur le cuir chevelu, les scientifiques parviennent à enregistrer ces impulsions, puis à les transformer en instructions exécutables par des machines.» nous explique l'INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique) créateur du logiciel open source OpenViBE, destiné à ce genre d'exécution.

Le tout est de savoir si cet artefact peut être démocratisé et simplifié au point de devenir un objet commun. Les usages sont pour l'heure destinés à la médecine et à l'industrie militaire. Les neurobiologistes savent en effet que le cerveau se reconfigure tout seul lorsqu'il est endommagé. Un patient atteint de traumatismes pourrait grâce à cette nouvelle interface visualiser son activité cérébrale et tenter d'aider à la reconfiguration de ses neurones. Dans le domaine militaire, l'armée américaine a également débloqué un fonds de 4 millions de dollars à l'Université d'Irvine (Californie) afin de développer un système qui permettra aux soldats américains de communiquer entre eux en s'envoyant des ondes cérébrales, de la télépathie en quelque sorte. Contrairement à Emotiv, les solutions Neurosky et OpenVIBE en libres distributions pourraient participer à la prolifération de ce nouveau support interactif. Voici quelques exemples d'applications :

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

3
août
2010
20:49

« Straddling bus », le transport en commun hybride

bus-futur-chine

L'abribus du futur attendait patiemment son prétendant, le voici, il s'agit du « stradding bus », il est chinois et mesure six mètres sur cinq. La démonstration de son potentiel s'est tenue à l'exposition universelle en mai dernier. Son originalité est de surplomber la circulation automobile tout en empruntant la même voie. Entre tramway et espace flottant, ce bus trouvera-t-il sa place dans les nouvelles agglomérations? Peut être, au vue de la faible consommation énergétique qu'il nécessiterait.

Dans cette simulation, la compagnie « Shenzhen Hashi Future Parking Equipment » expose le bus dans un flux d'automobiles "intelligentes" ; où tous les véhicules communiqueraient de façon autonome. Selon les estimations, ce bus d'un nouveau genre serait très économe en énergie : 860 tonnes de carburant pourrait être économisées par an, réduisant de 2,640 tonnes les émissions de carbones. Ses performances avoisineraient les 60 km/h, pour un transport de 1300 passagers, sur deux niveaux, dans un seul bus ! Le district de Mentougou, à l’ouest de Pekin, a déjà commandé 186 km de lignes pour l'année prochaine.

via Suchablog
Source : ChinaHush

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

29
juillet
2010
09:37

Street Slide, nouvelle orientation dans la cartographie 3D

Ça se passe dans votre ville sous vos yeux, sur vos écrans. Google et Microsoft se disputent leurs quartiers. Telle une guerre des gangs, les deux barons du net veulent posséder la ville...et surtout sa représentation numérique. On pensait Street View de Google tout puissant, maintenant il faudra compter sur Microsoft et son Bing Maps qui tente l'innovation pour la démarque. Avec Street Slide, Microsoft rappelle que la bataille n'est pas gagnée d'avance.

Nouvelle option de navigation sur les cartes 3D immersives des routes et chemins. Il s'agit de simplifier les déplacements, souvent laborieux, dans cet espace 3D simulé. L'idée est d'aplatir le décors sous formes de bandes, pour mieux voir l'étendue d'une rue et peut être, mieux mémoriser sa structure le jour où l'on s'y rendra. En comparaison avec le sillonnage d'une ville en automobile, le nouvel affichage revient à observer la rue non plus à la place d'un conducteur, mais à la place du passager qui observe la rue latéralement. Le tout permet un déplacement sur la carte bien plus ergonomique , et pratique si l'on ajoute des métadonnées comme les logos de magasin, leurs horaires, leurs promos...

HistoryPin propose de surimposer de vieilles photos (1840- à nos jours) sur les enregistrements récents de Google Street View (voir image ci-dessous).

HistoryPin

L'idée est précieuse car elle permet de mettre à jour constamment la représentation numérique du monde environnent ; d'autre part elle inscrit en mémoire le patrimoine architecturale et son empreinte dans l'histoire. Mais une fois de plus Bing Maps riposte et propose une fonctionnalité similaire mais plus poussée, car cette fois c'est la captation vidéo via mobile qui est inscrustée dans la cartographie (cf. vidéo ci-dessous, 5'00). Impressionnant!



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

24
juillet
2010
14:04

Les grandes firmes aimeraient prédire le futur




Anticiper le futur permet aux empires industriels de se maintenir face à la concurrence. Veille technologie, étude prospectiviste, espionnage industriel... on imagine que les stratagèmes doivent être nombreux et sophistiqués pour parfaire cette mission. Microsoft et Google ont forcement quelques tours dans leurs chapeaux ; il y a peu, ils nous laissaient en entrevoir quelques uns. Aperçu.

« Predestination » de Microsoft Research vise à prédire les trajets des automobilistes. Une étude a récolté les données du trafic routier et les coordonnées GPS d'un panel de 169 conducteurs sur plus de 7000 trajets. Avec cette observation empirique, Microsoft tend à créer un algorithme suffisamment puissant pour automatiser des centres de données, des systèmes de management en entreprise ou domestique. «Notre mobilité est prévisible et régulière» annonçait un article sur le site InternetActu.net. Il semble que celà se confirme.

Roi soleil du moteur de recherche, Mr Goolgle a récemment placé quelques cartes dans l'entreprise Recorded Future, spécialisée dans la recherche des références d'événements annoncés ou prévisibles. Vous pouvez dors et déjà tester cet outil si vous êtes prêts à débourser 115€ par mois. Le site vous proposera de détailler votre recherche en remplissant trois champs : « What » (« quoi », l'évenement qui vous intéresse), « Who/Where » (« qui/où », la personnalité, l'entreprise ou le pays concernés) et « When » (« quand », dans une semaine, un mois, un an…). Démonstration (en anglais).


Si vous avez déjà essayé ce moteur de recherche, n'hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Comme rien ne vaut le «fait-maison», vous pouvez regarder dans la boule de cristal participative de FutureStates Predic-o-Meter, interface sous forme de ligne de temps ou chacun peut déposer une prédiction, concrète ou imaginaire. Dommage quelle soit unqiuement en anglais. A quand une version française sur Culturemobile :) ?



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

8
juillet
2010
10:15

En attendant la vision augmentée [3]


2020-diet

En 2009 les applications à base de réalité augmentée ont inondé le marché. Beaucoup d'entreprises se sont empressées de surfer sur cette vague pour profiter de l'engouement et de l'attention qui s'y prêtait. A l'image du buzz Inaked (cette application fictive qui déshabillait les personnes), beaucoup de ces services ont d'avantage fait parler d'eux qu'ils n'ont fait émerger d'usages. La faute revient peut être aux appareils mobiles qui ne facilitent pas encore cette pratique : de la faiblesse des batteries à la vision par écrans interposés. Des lunettes pourraient favoriser la consultation de cette couche informative supplémentaire.

Exemple fictif pour l'heure avec cette fausse publicité qui a participé à la promotion marketing du film Iron Man 2, ventant un produit qui n'existe pour l'instant que dans les films de fiction, une paire de lunette capable d'ajouter des informations sur l'environnement observé. Un concept qui semble intéresser le constructeur Nokia...



Entrez dans l'immersion la plus totale, gangrénée par la publicité outrancière et la technologie surexploitée ; celle de « Augmented (hyper)Reality: Domestic Robocop » de Keiichi Matsuda à travers ce court métrage réalisé en fin de cursus étudiant en architecture.



Selon les estimations de l'auteur de cet article de Forbes « Your Life in 2020 » dont ces illustrations sont extraites, il nous faudra encore attendre une petite dizaine d'année pour s'essayer à ce type d'expérience.

2020-bar

2020-clothes

Plus concret maintenant, le dossier Culturemobile « La réalité augmentée : tour d'horizon d'une technologie qui revient à la mode » vous informera sur la passée de cette technologie et vous présentera des projets passionnants, qui eux sont bien réels.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

7
juillet
2010
10:00

A quoi ressembleront les festivals en 2050 ?


Future_festivals_Navigation&Connectivity

La saison des festivals a bel et bien commencé! Les Solidays ont battu un record d'affluence, Arles et les Vielles Charrues s'apprettent à ouvrir leurs portes et les Eurockéennes ouvrent l'appétit avec iRock leurs webreportages de l'édition 2009. En Angleterre, le partenariat entre le festival de Glastonbury et l'opérateur Orange fait une fois de plus écho jusqu'ici. Cette année, il ne s'agit pas d'un nouvel artefact hight tech écolo mais d'une prospective sur le futur des festivals. L'étude a été réalisée par des futurologues dans le cadre des 40 ans du festival ; l'idée était justement de s'imaginer au même endroit 40 ans plus tard, en 2050.

Les transmissions corporelles

Grâce a des technologies intelligentes incorporées dans les vêtements, chacun pourra transmettre aux autres combien il profite du festival. Comment ? Grâce à des capteurs de phéromones qui indiqueront sur vos vêtements que les morceaux qui passent ne vous laissent pas indifférents. Le rapport se penche également sur la faisabilité de tatouages qui, reliés à l'Internet, serviraient d'interface pour communiquer d’amis à amis les impressions sur la performance d'un artiste. Au final, les festivaliers seront capables de transmettre leurs ressentis via des nanotechnologies corporelles qui réceptionneront ce que le festivalier voit, entend et sent.

Partage d’instant

Cette innovation porterait sur la façon dont les concerts seraient diffusés et appréciés par des spectateurs non présents sur le site le jour « J ». Construit sur un moteur de recherche sémantique, les téléspectateurs pourront rechercher un spectacle basé sur leurs émotions et leurs humeurs du moment. Leur téléviseur, au combien plus évolué qu'aujourd'hui, proposera un dispositif holographique pour rendre compte de l’immersion habituellement vécue, dans la fosse, entourés d’amis et d’autres spectateurs. « Playlists » personnalisées et autres remixes seront de la partie, utilisés comme éléments de partage sur les réseaux. (cf. Neurosonics Live, les hologrammes n'existent pas encore... (fev2010)


Future_festivals_Interactive_Remote

Multisensorialité

Pour renforcer le degré d'interaction entre l’artiste et le public, il faudra superposer l'immédiateté de la performance avec de nouvelles technologies. Par exemple, les drapeaux traditionnels brandis dans la fosse deviendront des panneaux de messages holographiques visibles uniquement par l’artiste, sans gêner les festivaliers plus reculés. Cela permettra au public d'influencer la façon dont se déroule la performance et de donner à l'artiste la possibilité d'interagir avec les fans ; un jeu de scène plus social en somme. La foule sera en mesure de faire réagir l’espace scénique de l’artiste à l'aide d’interface à reconnaissance gestuelle des trois dimensions. Des technologies haptiques créés sur des nouveaux textiles permettront aux festivaliers de se toucher et de se sentir les uns les autres sans pour autant regarder dans la même direction de la scène.


Future_Festivals_Immersive_Live_Experience

Ce billet n'est qu'un résumé, le document source est à consulter ici, (non traduit).

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!