culture mobile_le blog

12
décembre
2008
10:41

Numérisation du patrimoine culturel: le portail européen en ligne MICHAEL



La numérisation et l’accessibilité en ligne des contenus culturels et scientifiques sont actuellement des préoccupations majeures pour les états membres et l’Union européenne. Dédale vous propose de découvrir sur le blog de Culture Mobile une série d’initiatives innovantes en matière de numérisation du patrimoine culturel européen.

MICHAEL est un catalogue en ligne multilingue dont l'objectif est de fournir un accès simple et rapide aux collections numérisées des musées, bibliothèques, archives, monuments... des pays européens. Ce service permet aux étudiants, chercheurs, touristes et à tous les citoyens de rechercher et de consulter plusieurs fonds culturels nationaux depuis un point d'accès unique. L'utilisateur peut lancer une recherche par sujet, époque, type d'institution ou localisation, ou faire des recherches en texte intégral.
MICHAEL compte à présent près de 8000 collections provenant de plus de 3000 institutions culturelles européennes. Des centaines de milliers d’objets et d’œuvres numérisés se trouvent ainsi accessibles via ce portail.



Le projet MICHAEL a été initié par la France, l'Italie et le Royaume-Uni en 2004, dans le cadre du réseau européen MINERVA. A partir de 2006, le projet a été élargi à d'autres pays européens: l'Allemagne, l'Espagne, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, la République Tchèque et la Suède ont ainsi rejoint le projet, suivis peu après par la Bulgarie, l'Estonie, la Communauté flamande de Belgique, la Lettonie et la Slovaquie. Chacun de ces pays est chargé, en suivant le même modèle, de développer sur internet son propre catalogue national MICHAEL. Ces bases de données nationales interopérables viennent alimenter le portail européen MICHAEL.

L’Europe s’est engagée dans le développement de la société de l’information et dans la construction d'Europeana, la bibliothèque numérique européenne. MICHAEL y contribue en apportant son catalogue en ligne des collections culturelles numérisées à la bibliothèque numérique.
Au-delà de cette valorisation des collections nationales, MICHAEL met également en avant, les savoir-faire en matière de numérisation et de constitution d'inventaires numérisés. Il occupe ainsi une place de premier plan dans la politique de développement de services culturels en ligne en Europe.
http://www.michael-culture.org

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

11
décembre
2008
14:11

La vie numérique en 2008 : le règne du tout-à-l'écran

A lire cette semaine dans la version papier ou électronique du magazine Télérama, une enquête très intéressante sur la place des appareils numériques dans les foyers français.
Ou comment les écrans de télé, d'ordinateurs, de consoles de jeux ou autres téléphones portables bouleversent et transforment les rapports familiaux.


©Adrien Toubiana pour “Télérama”


Un sujet très pertinent quand on observe la chute des audiences des chaînes de télé traditionnelles et la hausse de l'équipement en numérique même chez les foyers les plus modestes. A l'heure où l'Assemblée se déchire autour de la question de l'audiovisuel public, l'enjeu de demain est peut-être ailleurs...

Pour commencer, on apprend que les familles avec des enfants de 6 à 11 ans possèdent au moins dix écrans et leurs chers bambins passent la moitié de leurs loisirs devant (étude de l'observatoire Gulli). Cette tendance se vérifie même chez les classes les moins favorisées qui dépensent jusqu'à 22% de leurs revenus pour le numérique (source Médiamétrie).

Les écrans deviennent davantage des interfaces personnelles, mobiles et interchangeables que la télé de grand-papa. On peut jouer à la console sur sa télé à écran plat, regarder ses mails sur son iphone et écouter de la musique sur son PC...

Une évolution qui pourrait faire d'abord penser à un éclatement de la famille : chacun vaque à ses occupations sur son propre écran au lieu de se retrouver devant le film du soir... mais qui récréé aussi des moments fédérateurs lorsque toute la famille se retrouve pour faire une partie de tennis sur la Wii.
Avec la particularité que ce sont en général les enfants qui initient les parents. "Le rapport de force au sein de la famille s'est inversé" confie un père de famille témoin de l'enquête.
Une étude très instructive à relire dans quelques années en ricanant... quand on disposera non plus de dix écrans par famille mais par personne !

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

4
décembre
2008
15:06

Le 3ème âge du mobile et la fin de la carte à puce ?



D'après cet article du Figaro, l'évolution du téléphone portable se décline en trois phases, trois "âges" :

Le 1er âge: la voix
La première application du téléphone mobile avec une consommation moyenne mensuelle de 155 minutes par utilisateur en 2007.

Le 2ème âge: le multimédia
Nous sommes en plein dedans. Après les SMS, le mobile a peu à peu permis de télécharger de la musique et de la vidéo.
Après des débuts timides, on peut d'ors et déjà affirmer que 2008 a été l'avènement de l'internet mobile grâce à l'iPhone et ses émules ainsi qu'au développement des mini PC.

Le 3ème âge : les services "sans contact"
Ticketing (billet de stade ou de concert), carte de transports ou de paiement, le mobile intègre de nouveaux services en remplaçant la carte à puce.
Cette évolution dont on parle depuis de nombreuses années sort enfin des labos et devrait entrer dans notre vie quotidienne l'année prochaine, transformant le mobile en objet à tout faire.

Grande première en France et en Europe, le 2 décembre 2008, les géants de la distribution ont signé un accord avec les trois opérateurs mobiles, Orange, SFR et Bouygues Telecom qui donne le coup d'envoi du paiement par téléphone mobile.
À Noël 2009, les signataires (Auchan, Carrefour, la Fnac...etc) mettront en place dans leur magasin des tests grandeur nature. Les clients des trois opérateurs mobiles français pourront régler leurs achats en collant directement leur mobile sur une borne de paiement. Mieux, les utilisateurs pourront y stocker les points de fidélité des différentes enseignes!

Seule incertitude : la date de disponibilité des nouveaux téléphones mobiles permettant le paiement. Car, bien évidemment, il faudra acheter un nouveau mobile pour pouvoir régler ses achats. Les constructeurs les plus avancés, Nokia, Samsung et LG annoncent des terminaux pour l'automne 2009.

Si la France prend un peu d'avance sur ses voisins européens, rappelons qu'elle a quelques années de retard sur le Japon qui a popularisé le mobile comme moyen de paiement et carte de transport depuis 2004. Près d'un abonné japonais sur deux utilise son mobile pour payer (données Idate).

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

2
décembre
2008
12:40

Numérisation du patrimoine culturel: le réseau MINERVA



La numérisation et l’accessibilité en ligne des contenus culturels et scientifiques sont actuellement des préoccupations majeures pour les états membres et l’Union européenne. Dédale vous propose de découvrir sur le blog de Culture Mobile une série d’initiatives innovantes en matière de numérisation du patrimoine culturel européen.

Un manuel consacré aux besoins des utilisateurs à l'ère du web 2.0 vient d'être édité par le réseau européen MINERVA. Ce dernier né des produits MINERVA est consultable gratuitement en ligne, ainsi que toutes les autres publications réalisées par le réseau. L'ensemble de ces outils a été spécialement conçu pour favoriser la mise en œuvre d'actions de numérisation, la création de collections numériques et leur publication sur Internet.



MINERVA est un réseau ministériel européen sur le thème de la numérisation et de la valorisation du patrimoine culturel. Son objectif est de permettre la coordination des activités de numérisation des contenus culturels et l'élaboration d'un ensemble de recommandations concernant la numérisation, les métadonnées, l'interopérabilité et les sites web culturels.
Le projet a débuté en 2002 avec le lancement de MINERVA, étendu en 2004 à de nouveaux pays grâce à MINERVA Plus. A partir d'octobre 2006, une nouvelle initiative MINERVAeC a poursuivi le travail entrepris lors des deux premiers projets. MINERVAeC vise à soutenir la création de la Bibliothèque numérique européenne (Europeana)- voir post du 20 novembre.

MINERVAeC rassemble des ministères, des agences gouvernementales, des institutions publiques et des experts des secteurs culturels et de la société de l'information en Europe issus d'une vingtaine d'Etats membres.

Les objectifs de ce réseau thématique sont de :
  • donner une visibilité aux initiatives nationales
  • promouvoir l'échange de bonnes pratiques
  • garantir la diffusion de l'information concernant les programmes communautaires au niveau national et local


MINERVAeC vient de s'achever en octobre 2008 mais, afin que cette collaboration européenne fructueuse puisse se poursuivre, une association internationale d'experts et d'institutions, MINERVA.net, sera prochainement constituée.
http://www.minervaeurope.org

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!