culture mobile_le blog

3
avril
2008
12:47

La bande dessinée se transforme pour mieux répondre aux enjeux du numérique

Les éditeurs BD adaptent dorénavant leur version papier pour les nouveaux marchés du Net et de la mobilité comme on a pu le lire dans le dossier sur le manga à l'ère du numérique du site Culture Mobile. Une autre piste nous est proposée, du coté de la BD cette fois.

Une récente initiative des Humanoïdes Associés nous fait découvrir un nouveau format : la « VIDEO BD ». Les 3 premiers tomes de la série "Megalex" sont disponibles sur leur site internet . Il s’agit en fait d’un montage des planches BD accompagné d’un doublage des voix et d’une bande son ; le tout est téléchargeable aux formats iPpod, iPhone et Windows Mobile. Qu'en pensez-vous ?

"Megalex" - Humanoïdes Associées - 4'22



Ne pensez-vous pas que l'innovation se situera plutôt dans l'interactivité et que de nouvelles formes de récit pourront ainsi prendre vie ?
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

27
mars
2008
10:39

Le tactile à portée de main

Lorsque l'on parle de nouvelles interfaces tactiles, les premières images qui viennent à l’esprit sont celles de Minority Report, vues dans le film d’anticipation de Steven Spielberg. Il se pourrait bien que l’ingénieur Jeff Han nous offre cette possibilité dans quelques années.



L’an dernier Jeff Han, chercheur au sein du Courant Institute of Mathematical Sciences de l’Université de New York, a exposé ses travaux. On y découvre un écran tactile offrant d'innombrables fonctionnalités bluffantes. Vos doigts remplacent le curseur de votre souris, si bien que vous avez l'impression de palper les éléments graphiques. Il sera nécessaire d'appréhender cette nouvelle ergonomie avant de pouvoir en libérer tout le potentiel créatif. La vidéo qui suit vous montre quelques possibilités d’une telle avancée technologique.


"Multi-Touch Interaction Experiments" - Jefferson Y.Han - 3'30



Après une telle démonstration, et connaissant le succès actuel d’appareils à écran tactile tels la Nintendo DS et le iPhone, on se dit que notre très chère souris, inventée en 1963 par Douglas Engelbart, risque d’être bientôt à la retraite.
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

10
mars
2008
10:08

Un avenir vert pour les nouvelles technologies?

Lire un quotidien sur le web consomme autant d'énergie que de faire une lessive.

Un personnage virtuel sur Second Life utilise autant d'électricité qu'un humain réel au Brésil.

Ces équivalences, mises à jour par l'institut de recherche berlinois IZT, font réfléchir à notre consommation toujours plus exponentielle d'internet. Bien sûr, il ne s'agit pas de prendre en compte uniquement la dépense en électricité de nos ordinateurs personnels.
Les serveurs informatiques qui permettent chaque jour de livrer les millions de résultats des recherche Google, de faire vivre le monde virtuel de Second Life, en somme d'alimenter toutes les activités des internautes sont rassemblés dans des "fermes informatiques" grandes comme plusieurs terrains de football. Toujours selon cette étude, les plus grandes d'entre elles brûleraient l'équivalent de la production de 14 centrales électriques.



Pour contrer cette boulimie énergétique, les géants de l'informatique cherchent des parades écologiques.
A l'occasion du CeBIT (le salon des technologies de l'information et de la bureautique) qui s'est tenu le week-end dernier à Hanovre sous le signe cette année de l'écologie , les grands acteurs du secteur ont présenté leurs prototypes de "technologie verte".

Microsoft vient d'annoncer un partenariat avec le producteur d'énergie allemand Yellow Strom pour lancer des compteurs d'énergie logiciels.
IBM présente un spécimen d'ordinateur équipé d'un circuit de refroidissement, sur le même principe que celui des centrales électriques, qui permet d'utiliser la chaleur récupérée sous forme de chauffage.
De son côte, Google mène des projets pour mieux utiliser les énergies renouvelables, l’énergie solaire notamment...

Une prise de conscience nécessaire car l'industrie a encore du chemin à faire. Lors du CeBIT, Greenpeace a épinglé les produits high tech soi-disant "verts". Seuls 3 produits sur les 37 proposés décrochent une note au-dessus de la moyenne.
Si l'avenir des nouvelles technologies s'annonce rose (du moins économiquement), on espère qu'il vire rapidement au vert pour préserver notre environnement.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

26
février
2008
18:03

Télé, internet, mobile : la guerre des médias n'aura pas lieu

Presse, télévision, internet, mobile... A l'heure de la convergence, les utilisateurs délaissent-ils les médias "historiques" du XXe siècle au profit des nouvelles technologies?



Aujourd'hui on croise de plus en plus de personnes (notamment parmi les jeunes générations) qui passent plus de temps sur leur ordinateur que devant la télé (voire qui se débarrassent définitivement de leur petite lucarne). Ces super-connectés n'achètent plus le journal mais le lisent en ligne, écoutent des podcast sur leur ipod et téléchargent de la musique sur leur mobile. Ces nouveaux modes de consommation des médias révèlent une tendance qui commence à se confirmer en chiffres.
Alors que la presse est en crise, l'industrie musicale se cherche un nouveau modèle économique et les audiences des grandes chaînes de télé, même celle de l'"indétrônable" TF1, déclinent depuis le dernier trimestre.

Dans le même temps, avec 750 millions d'utilisateurs dans le monde, passant en moyenne 11h20 par semaine en ligne (pour un internaute européen en 2006 - Source : EIAA), internet devient incontestablement un média de masse.
En ce qui concerne le téléphone mobile, on compte 3,25 milliards d'usagers à la fin 2007, ce qui en fait un des objets personnels les plus possédés au monde. Dans de nombreux pays développés, le nombre des utilisateurs du mobile dépasse même celui de la télévision, de la radio et de l'Internet, et sa durée d'usage est en constante progression (de 119 mn par mois par utilisateur européen en 2002 à 153 mn début 2007).

Et c'est encore plus flagrant si l'on observe, le "nerf de la guerre": les recettes publicitaires. Aujourd'hui le marché mondial de la publicité "médias" affiche une croissance de 5.2% en 2007 (selon l'IDATE), pour s'établir à 450 Milliards USD. La presse et la télévision dominent largement ce marché, concentrant plus des trois-quarts des investissements publicitaires totaux. Mais selon la même source, les investissements publicitaires sur Internet devraient croître de 76% au niveau mondial entre 2006 et 2009, alors qu'ils ne devraient progresser que de 16% en télévision et de 9,5% en presse. Dès 2009, Internet devrait devenir le troisième support média derrière la presse et la télévision.

Pour le moment, l'investissement dans le mobile est encore à la traîne. Il représente aujourd'hui moins de 1% des dépenses publicitaires des annonceurs, et ce malgré une progression de 75% entre 2006 et 2007. Mais c'est sans compter le décollage de l'internet mobile qui pourrait généraliser les usages dans les prochaines années et attirer alors en toute logique les annonceurs.

La balance semble avoir déjà irrémédiablement basculé en faveur des nouveaux médias...
On a même vu récemment Orange concurrencer Canal plus dans l'enchère des droits de diffusion de la Ligue 1 de football.
Pourtant, ce n'est pas vraiment une guerre qui s'annonce mais plutôt une évolution technologique, une "révolution numérique" comme certains aiment à la nommer...

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

11
janvier
2008
10:01

Le téléphone mobile oeuvre pour la cause des aveugles...

Comment transformer un simple geste d'inattention en bonne action ?

L'agence belge Duval Guillaume vient de trouver une astuce simple et efficace.

Nous avons tous au moins une fois oublié de verrouiller notre clavier de mobile et appeler par inadvertance le premier contact de notre liste, toujours le mëme, généralement, celui dont le nom ou le prénom commence par un A. Ainsi, l'agence Guillaume Duval, pour le compte de la Ligue Braille de Belgique vient d'avoir une idée ingénieuse. Désormais, fini de déranger Alain ou tout autre nom commençant par la lettre A...

A chaque oubli de blocage de clavier, le «A blind call» sera le premier numéro à être composé accidentellement.

Le principe est simple mais hélas n'est valable que pour l'instant en Belgique : enregistrez-le «A blind call» en tête de liste de votre répertoire mobile ainsi que le numéro (070 22 22 30 pour les abonnés belges). Une fois le numéro ajouté à ses contacts, chaque appel involontaire coutera 0.75 Euro au propriétaire du téléphone pmobile, au profit de la ligue Braille.

Cette campagne intelligente réalisée en partenariat avec Mobistar et the RingRing company transforme les accidents d'appels en accidents de donations au profit de cette association pour non-voyants.

Les deux opérateurs belges reversent intégralement les gains engrangés par ces coups de téléphone involontaires à la Ligue. La campagne compte aussi sur l'effet du buzz pour propager l'idée, puisqu'il est conseillé de persuader les amis des amis de mon ami rencontrés sur Facebook, My Space ou les amis de longue date, d'enregistrer le numéro dans leur répertoire. Les fonds récoltés serviront à mettre en place de nouveaux services pour les personnes faisant appel à l'association. L'opération «A blind call» sera valable jusqu'au 31/12/08.

Alors si tout les Ahmed, Athanagor ou Agatha de Belgique n'en peuvent plus d'être sollicités pour des clous, qu'ils fassent passer le message...

Et nous (en France) nous pourrions essayer de motiver nos opérateurs préférés pour qu'ils mettent en place un processus identique.

Qu'on se le dise... A que c'est une bonne idée...

Source influencia.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

27
décembre
2007
14:16

Des SMS en plein vol!


Après l'internet haut débit dans le TGV et sur certaines lignes aériennes aux Etats-Unis (dont nous avons déjà parlé sur ce blog), Air France autorise l'usage des téléphones mobiles à bord de ses appareils.

Mobile On Air, c'est le nom de l'offre qui est en phase de test depuis une semaine dans les Airbus A 318 desservant l'Europe. Les passagers peuvent envoyer et recevoir des SMS, des MMS et des emails sur les téléphones mobiles disposant d'un accès Internet... à partir de 3000 mètres d'altitude!

Ce système de téléphonie embarquée ne perturbe pas les instruments de navigation de l'avion car les mobiles se connectent à un relais miniature installé à bord de l’appareil en émettant un signal de faible puissance. Un modem permet le renvoi des communications vers un satellite qui les transmet à une station au sol. Les messages sont ensuite dirigés vers le réseau téléphonique habituel du passager.

Les échanges de données sont facturés par l’opérateur du client à des tarifs comparables à ceux du roaming.
Pour le moment, le service ne concerne que les messages écrits même si la technologie permet déjà de passer des appels. Air France reste prudent sur cet usage qui pourrait pertuber la quiétude des vols et transformer l'avion en hall de gare !


Air France Mobile OnAir
envoyé par giiks
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

9
décembre
2007
15:54

Le haut débit prend le train (et l'avion)

Nous serons bientôt connectés partout : sur terre à 320 km/h et même dans les airs.
Le TGV français et les compagnies aériennes américaines expérimentent l'internet haut débit sur leurs lignes.

A partir de ce week-end, trois rames du TGV Est vont circuler avec à bord, un accès gratuit à un nouveau portail internet. Il sera désormais possible de consulter ses mails et de surfer à 320 km/h. Une grande première dans le monde du rail qui pourrait se généraliser sur l'ensemble du réseau TGV dans les années à venir. La navigation en continu est rendue possible grâce à un équipement technique complexe : une antenne-satellite ultraplate posée sur le toit et des relais wi-fi disposés dans la rame.

Si le dispositif passe avec succès la phase de test, le service sera proposé sur tous les TGV est européens début 2009, moyennant une participation financière bien sûr. Le tarif serait de 3 euros pour l’accès au portail et de 5 à 6 euros pour la location d'un film en VOD.



Dans l'avion, c'est un peu plus cher. A croire, qu'elles se sont donné le mot, plusieurs compagnies aériennes américaines ont annoncé cette semaine qu'elles allaient mettre à disposotion des connexions à internet à bord de leurs appareils dans le courant de l'année 2008.
JetBlue offrira dès mardi sur l'un de ses appareils un service gratuit de courriels et de messagerie instantanée. American Airlines, Virgin America et Alaska Airlines proposeront, elles, des accès internet à 10 $ par vol.
Pour respecter les réglementations aériennes, ces connexions passeront par le wi-fi et non par les réseaux de téléphonie cellulaire, et seulement en altitude de croisière, grâce à une antenne wi-fi installée sur l'avion qui enverra des signaux aux relais terrestres.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

31
octobre
2007
11:38

Quel lien entre une grenouille transparente et du béton translucide ? 4/8

Ou : La transparence comme nouvelle utopie sociale, génétique et technologique en 8 épisodes
4ème épisode : La transparence biologique (la peau)


De gauche à droite :
- Une grenouille translucide, modifiée génétiquement par des chercheurs japonais (Institut de biologie des amphibiens de l'Université d'Hiroshima – Ouest), cliché AFP
- un baiser vu par un rayon X
- la cuirasse invisible de la DARPA (USA)
- les célèbres Blue Men

La transparence est aussi (et toujours?) un leurre. Elle peut être utilisée pour déjouer les principes d'invisibilité de nos pauvres (et opaques) corps humains: cela est le cas des recherches concernant les vêtements qui nous rendent "invisibles", ou qui simulent une transparence.
Dans ce domaine, fantasmes et réalité se côtoient. Pas exemple, le blog de Wired informe que la DARPA, agence de recherche du Pentagone, prétend vouloir créer une armure visible par les amis, mais invisible (transparente) pour les ennemis. De plus, elle laisserait passer les balles tirées par les amis et serait impénétrable pour les balles ennemies (sans compter qu'elle aurait la faculté de se réparer seule!).
Ce qui est intéressant dans cet exemple, ce n'est pas tant que cette armure existe réellement mais qu'on puisse l'imaginer comme instrument réel, correspondant à des attentes militaires. La transparence dépasse l'art ancien du camouflage en utilisant des "méta-matériaux" aux propriétés étonnantes : la transparence n'est plus seulement une disparition du champ visuel, elle rend plastique la matérialité même des corps (un balle passerait à travers).

La transparence des corps (fictives ou réelles, simulées ou effective) est aussi une constante dans la recherche médicale, mais de manière différente. C'est le cas, depuis bien longtemps, des différents types d'imagerie médicale (du rayon X à l'IRM). Mais c'est le cas aussi de recherches génétiques qui, par exemple, rendent la peau d'une grenouille véritablement translucide, de telle manière qu'il ne sera plus obligatoire de disséquer une grenouille de laboratoire puisqu'on peut voir à travers sa peau (sans l'ouvrir) ses organes internes.
Toutes ces recherches, militaires ou médicales, s'emploient donc à transformer l'opacité traditionnelle des corps biologiques pour les rendre transparents de 1000 manières différentes. La créativité n'a aucune limite…

Autre exemple : des chercheurs japonais sont sur le point de créer un type de grenouille qui s'illuminerait (au sens propre) si elle développait un cancer. Les corps deviennent donc des interfaces. La transparence n'est donc plus seulement visuelle mais symbolique.
Imaginez les innovations transposées sur les corps humains : vous êtes porteur de virus ? Vous illuminerez en rouge ou en vert! Et si les Blue Men étaient une préfiguration de notre avenir bioluminescent ?

(NB : ceci dit, les innombrables sortes de reconnaissances existantes dans notre société n'ont pas attendu ces marqueurs high-tech pour identifier les spécificités médicales, sociales, culturelles, sexuelles, etc.).

Relire le 1er épisode: un moi "transparent" (le vide)
le 2ème:une société transparente (angles morts)
le 3ème: L'esthétique transparente (la surface)

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

25
octobre
2007
13:24

Quel lien entre une grenouille transparente et du béton translucide ? 3/8

Ou : La transparence comme nouvelle utopie sociale, génétique et technologique en 8 épisodes

3ème épisode : L'esthétique transparente (la surface)


A gauche: Sony Transparent TV
A droite : Ambassade des Pays-Bas à Berlin de Rem Koolhaas, Photo de Phil Meech

Le principe de transparence affecte aussi les matériaux et les objets qui nous entourent. Depuis plusieurs années (voire des décennies) le design nous propose en effet une panoplie d'objets, de meubles ou d'ustensiles plus ou moins transparents : des enceintes, des chaises, des ordinateurs, des téléphones mobiles, des escaliers, etc. Le plus souvent, ces dispositifs divers ne sont pas totalement transparents (sinon ils seraient invisibles) mais seulement une partie de leurs éléments le sont, et souvent pour montrer (ou exhiber) ce qu'on s'employait à cacher autrefois : un moteur, un disque dur, des rouages, etc.

Par exemple, un flipper dont l'armature et la coque sont transparents révèle une nouvelle machine, la machine-flipper devient un objet d'art constructiviste qui fait penser aux démarches avant-gardistes du XXème siècle! A contrario, un approche design plus sage (et moins kitsch) va générer une esthétique polie et discrète : les plastiques ou les verres transparents sont alors utilisés pour donner une certaine forme de légèreté à des objets traditionnellement opaques : un téléviseur, des enceintes, une table, etc. On pourrait ainsi faire une typologie des différentes transparences dans le design.

L'architecture joue aussi depuis longtemps avec différentes sortes de matériaux transparents. Je pense notamment à Mies van der Rohe et à ses descendants qui intègrent dans leur architecture une mise en visibilité externe des volumes internes et donc de leurs habitants, c'est le cas par exemple pour la toute récente Ambassade des Pays-Bas à Berlin. Récemment un nouveau type de béton, incorporant des fibres de verre, rend translucide les murs les plus épais. Imaginez votre maison ou votre appartement totalement translucide… Inversement, certaines surfaces de verre peuvent être opacifiées en faisant passer un courant électrique. La vitre, par polarisation, passe d'un état transparent à un état translucide en appuyant sur un simple bouton!

Les matériaux proposent donc de plus en plus de jeux avec les différents degrés de transparence, mais la démarche créative du designer ou de l'architecte va également souvent dans ce sens : modifier notre rapport à l'espace traditionnellement cloisonné en nous donnant à voir ce qui était caché. Ce n'est pas un hasard si la recherche expérimentale de nouveaux matériaux s'intéresse de près à la transparence ou à la translucidité, elle correspond à une tendance de fond à la fois sociale et culturelle.

Il y a au moins deux grandes fonctions de la transparence : une est de dévoiler (par exemple rendre transparent une cloison pour dévoiler un espace caché), une autre est de dissimuler (la transparence faisant disparaître de la vue, plus ou moins fortement, un volume ou un plan quelconque). Un jeu infini s'instaure entre ces deux grandes fonctions et alimentent l'architecture et le design contemporains.


A gauche: Ce flipper transparent est une adaptation d’un modèle “Surd Champ”(1976), réalisée par Michael Schiess www.ujuju.com
Au centre : une manette de jeu translucide.
A droite : du béton translucide de la marque Litracon

Relire le 1er épisode: un moi "transparent" (le vide)

le 2ème: une société transparente (angles morts)

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

18
octobre
2007
16:32

Quel lien entre une grenouille transparente et du béton translucide ? 2/8

La transparence comme nouvelle utopie sociale, génétique et technologique en 8 épisodes

2ème épisode : une société transparente (angles morts)


A gauche : Un "bracelet électronique" A droite : une carte des sites de détentions secrets de la CIA

Mais cette transparence généralisée produit aussi l'effet inverse, son double : de nouvelles manières de se cacher apparaissent, de nouvelles tactiques de dissimulation émergent pour contrebalancer la dictature d'un panoptisme généralisé!
Les angles morts et les zones aveugles se multiplient autant que les surexpositions éblouissent : par exemple les prisonniers eux-mêmes deviennent visibles dans la cité avec leurs bracelets électroniques (ils ne sont plus cachés derrière les murs des prisons), mais dans le même temps de nouveaux types de prisons mobiles et invisibles (illégales et secrètes) retirent de la scène visible des prisonniers soupçonnés de terrorisme (exemple des prisonniers détenus illégalement par les américains dans des caravanes itinérantes dans l'est européen). D'un côté la transparence absolue, de l'autre l'ombre de plus en plus marquée ! Dans les deux cas : société de contrôle…

Relire le premier épisode : un moi "transparent" (le vide)

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!