culture mobile_le blog

28
janvier
2011
20:37

Lèche-vitrine interactif

Dématérialisation oblige, les publicités expérimentent progressivement les différentes passerelles entre univers numériques et espaces publics. Le potentiel est décuplé grâce aux technologies (QR codes, RFID, réseaux sociaux, géolocalisation,...), et les vitrines interactives fleurissent dans les rues. Atouts stratégiques pour les uns, pollution visuelle pour les autres, espérons que le paysage urbain maîtrise sa mutation.

Yahoo offre une campagne publicitaire basée sur un jeu concours entre 20 quartiers de la ville de San Francisco. "Ecrire le plus rapidement un message", "puzzle", "quizz"... plusieurs défis à remporter par les habitants. Un concert aura lieu dans le quartier gagnant. Une bonne façon pour détendre, attendre et créer de la discussion entre les passagers des transports publics..

Adidas innove dans sa façon d'impliquer le passant dans son prochain achat impulsif. AdiVerse est un mur interactif affichant une multitude de modèle de basket modélisées en 3D. Tel un menu de personnalisation dans les jeux vidéo, le passant choisit ensuite sa monture, et peut même se faire conseiller par les conversations Twitter dédiées aux modèles. Cerise sur le gateau, grâce à la reconnaissance visuelle, le mur detecte si vous êtes un homme ou une femme et adapte ses contenus automatiquement.


via publigeekaire

Si ces démonstration ne vous ont pas convaincu, il sera difficile de ne pas réagir en passant devant cette dernière. L'écran géant diffuse une vidéo interactive qui réagit en fonction de votre démarche. De quoi capter votre attention et vous attirer sur sa nouvelle ligne de vêtement WESC.

Interactive Display Window Concept from Gustaf Engström on Vimeo.

via Fubiz
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

27
janvier
2011
20:00

Souriez, vous êtes hackés

Le verbe anglais "hacker" pose souvent problème lorsqu'il est traduit en français. La traduction de cette "action" prend différentes significations selon le contexte : bidouiller, détourner, contourner, falsifier, transformer, tricher, simplifier, pirater, accéder, dérégler... Le terme a émergé du champs lexical de l'informatique, il désignait à l'origine une personne maîtrisant les mécanismes de sécurité informatique, souvent ravie de défier tout système dit "impénétrable". Aujourd'hui le terme est galvaudé et s'utilise pour qualifier une action qui n'était pas pensée a l'origine par les constructeurs d'un produit. Une fois effectué, ce détournement apporte une valeur ajoutée significative à l'usage premier. Cette pratique peut s'apparenter à une réappropriation d'un outil, d'une lieu, ou d'un produit quelconque, mais reste marginale, car elle n'est pratiquée à l'heure actuelle que par un petit nombre. Souvent à des fins artistiques, ou activistes, le hacking est aussi pratiqué pour le jeu, pour le défi. Voir exemples.

La Grotte du Barbu propose un nouvel atelier bricolage, une balançoire...dans le métro! Vers une ville ludifiée ?

Jailbreaker un Iphone, le "hacker", sert à faire fonctionner les applications qui n'auraient pas été autorisées par la firme Apple. Interdite dans un premier temps, cette pratique s'est vu légalisée par le gouvernement des Etats Unis en juillet 2010 suite à des réclamations sur linteropérabilité d'une oeuvre. L'action encourrue ici est une provocation puisque l'auteur va jailbreaker un iphone en direct d'un Appstore.

Les télécommandes "universelles" éteignent par définition un très grand nombre de télévision, la preuve en est.

A noter, deux évènements ce week-end autour du hacking.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

20
janvier
2011
17:30

Contrôler sa santé sur Iphone

"Allons-nous, à l'instar des États-Unis notamment, vers une prise en charge plus individuelle de notre capital santé ? Demain, chacun disposera peut-être d'un coach santé virtuel personnel pour stimuler son envie de s'occuper de soi. Peut-être aussi que les données qui seront recueillies via un pèse-personne ou un podomètre arriveront directement sur l'ordinateur du médecin..." interrogeait sur Marthe Aurèle dans le dossier Culturemobile "Je prends ma santé en main : quand les patients s'informent, partagent leur expérience et gèrent leur santé sur Internet". En effet, certains objets connectés sont déjà en mesure de transmettre des informations sur notre corps, en voici quelques exemples :

Le tensiomètre Withings à la particularité d'être connectable à un iphone. Les données s'enregistrent sur le mobile et dressent un tableau des mesures et des courbes sont tracées automatiquement pour détecter les tendances en un coup d'oeil. Le suivi devient aisé pour le patient et pratique pour le médecin qui décèlera plus rapidement les anomalies, car le patient peut les exporter et les envoyer par mail.

tensiometre-withings

Dans les hopitaux, un électrocardiocardiogramme se présente sous la forme d'une grosse imprimante à laquelle est reliée une dizaine d'électrode. Son poids nécessite de le déplacer sur un chariot roulant. Un encombrement qui pourrait prendre fin puisque la société Alivecor a mis au point une application "iPhonECG" complémentaire d'une coque iPhone un peu spéciale, équipée d’électrodes elle permet de faire un ECG (Electrocardiogramme) n'importe où, très facilement. Si le degrès de précision s'avère à la hauteur des enregistrements actuels, cette solution pourrait participer à la numérisation des dossiers des patients hospitalisés.

Bien entendu si vous êtes en bonne santé toutes ces applications peuvent vous sembler futiles ; profitez-en alors pour télécharger la nouvelle application gratuite de la Croix-Rouge, elle vous enseignera les gestes qui sauvent.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

17
janvier
2011
20:41

7 exemples d'objets communicants

Rafi Haladjian était l'un des invités du de la conférence TEDxParis 2011. Son nom vous est peut être inconnu, mais certainement connaissez-vous déjà le nom de son animal de compagnie fétiche, "Nabaztag". Symbole des objets communicants, la société Violet à expériementer avec le lapin Nabaztag les émois de l'internet des objets. Depuis un an, un panel (de plus en plus varié) de produit communicant s'immiscent dans notre quotidien. De l'insolite à l'éthique, ces objets intelligents regorgent de nouveaux idées. Les exemples cités lors de la conférence et présentés ci-dessous ne revolutionnent pas encore nos usages, mais n'hésitent pas à nous offrir un nouveau rapport à l'objet, et espérons le, à notre bien être.

Waterpebble est un délimitateur de quantité d'eau pour votre baignoire et votre douche, il vous incitera à moins consommer d'eau chaque jour.

AlertMe est une solution de monitoring à distance, pour controler plusieurs paramètres de votre domicile : alarmes, détection de mouvement, consommation énergétique,... Le service peut être couplé avec la solution Powermeter de Google, service de gestion d’énergie.

Glowcaps est un pilulier connecté. Il clignotera pour vous avertir si vous avez oublié de prendre vos cachets. Pratique!

Sniftag est un collier pour chien qui récolte certaines données : déplacement, sommeil, rencontres,... (Plus pragmatique ce collier Rfid qui actionnera l'ouverture de la gamelle à croquette ou de la litière.)

La balance Withing enregistrera votre poids, votre masse graisseuse et votre masse musculaire. Directement relié à votre smartphone, vous pourrez suivre votre progressionau jour le jour.

Avec Botanicalls si votre plante manque d'eau, elle vous enverra un tweet !

Roseta Stones rendra votre tombeau communicant, pourvu que la personne qui vienne se recueillir dispose d'un mobile ; des données lui seront ensuite envoyées, photos, textes, sons : vos derniers souhaits seront entendus, soyez en sûrs !

inter-des-objets-tedxparis

Lire aussi [Dossier] Culturemobile - Applications et perspectives économiquesDe la santé à la grande distribution, la RFID se concrétise et va se développer partout.
La présetation de R. Haladjian est à revoir ici.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

14
janvier
2011
12:22

Nos avatars se matérialiseront-ils un jour?

« Les voyageurs des autoroutes virtuelles ont au moins un corps de trop - celui aujourd'hui considérablement sédentaire, le corps à base de carbonique face au clavier, souffre la faim, la corpulence, la maladie, le vieilissement et finalement la mort. L'autre corps, un fac-similé à base de silicium, branché dans un domaine immatériel des données, a des superpouvoirs, même si virtuellement, et il est immortel- ou, plutôt, le corps électif, une incarnation virtuelle 'disjointe' du corps physique, est un logiciel capable de faire face à d'infinies morts ».
Cette citation traduit de «What do cyborg eat» de Margaret Morse illustrait les propos d'Antonio A. Casilli lors de son exposé "Les Avatars : régénération et devenir technologique du corps en ligne" au séminaire EHESS Corps et TIC.

Les humains ont-ils besoin d'un nouveau corps? Se suffiront-ils à le créer "virtuellement", se satisferont-ils de leurs avatars numériques? Rien n'est moins sûr puisque certains chercheurs planchent déjà sur la possibilité de déléguer certaines actions à des robots, de manière totalement synchrone ; au point qu'il n'est pas difficile d'imaginer possible l'univers fictif dépeint dans le film"Clones" de Jonathan Mostow.

Présenté à la 3D Expo 2010 par Tsukuba University's Hoshino Lab, ce bras automatisé mime à la perfection les faits et gestes de son administrateur. Il est piloté par 2 caméras qui visualisent les mouvements à partir de points de lumières spécifiques aux articulations...ce que fait déjà aisément la technologie Kinect de la console Microsoft.

Clones de Jonathan Mostow, bande annonce.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

12
janvier
2011
12:44

Le futur dans les cieux

Le 20 juillet 1969, 700 millions de spectateur assistaient à une mondovision qui présentait la bande annonce d’un futur galactique. L'été dernier avait lieu le premier vol du "SpaceShipTwo" de la compagnie Virgin, futur transporteur sensé inaugurer la conquête spatial pour le commun des mortels. Le vieux rêve du tourisme spatial est donc en marche et devrait propulser quelques fortunés en apesanteur dans les années à venir. Et si les airs devenaient un environnement habitable ? Qu’en ferions- nous ? Quelques pistes pour prendre l’air :

Zep’Lin est un dirigeable de 8000 m³ gonflé à l’hélium qui utilise des panneaux photovoltaïques pour s'alimenter en énergie. Ses ailes souples pivotent de façon intelligente pour rester dans l'axe des rayons du soleil et capter le maximum d'énergie solaire. Le dirigeable serait pourvu d'une maniabilité pointue pour atterir facilement, n'importe où, sans recourir à une piste adaptée.

Ce concept a été designé par Damien GROSSEMY lors d'un stage de fin d'étude chez Renault. Allez voir son portfolio, il y a d'autres projets d'écomobilité très bien pensés.

La marque Samsung et le studio Seymourpowell ont imaginé un concept d’hôtel de luxe volant, le Aircruise. Propulsé avec du gaz hydrogène, il serait capable de soulever 396 tonnes. Bientôt dans villes dans les airs?

Et si en 2016 vous preniez des vacances dans l'espace? Si l'on en croit les avances de Orbital Technologies, il sera bientôt possbile de prendre quelques jours de congés dans le premier hotel de l'espace, accompagné de 6 autres convives. Le prix d'un tel "repos" n'est pas encore annoncé ; on l'imagine astronomique.

orbital-technologies

Une belle illustration de cette prospective avec "Modern Times", un surprenant court métrage de science-fiction :

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

10
janvier
2011
10:49

Des technologies vielles de 30 ans… et déjà des antiquités!

Quelle espérance de vie accorde-t-on aux technologies? La soif de nouveauté nous convainc bien souvent de délaisser notre précédente acquisition pour sa nouvelle version, plus fringante, plus pratique, plus attirante. Si l'on fouille dans nos greniers, il y a fort à parier que l'on y dénicherait quelques vieux artéfacts poussiéreux, d'une autre époque, d'une autre génération.
Dans la vidéo suivante, le journaliste Jean-Christophe Laurence de Cyberpresse.ca confronte les enfants d'une école québécoise à des anciens objets des années 80/90. Iils doivent ensuite deviner leur utilité. Y parviendront-ils?

Il était une fois...les technologies du passé

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!