Partenaires de la journée de restitution du programme « Villes 2.0 » conduit par la FING, Dédale et Orange participaient le 8 janvier dernier à la manifestation « Rue 2.0 » présentée dans le lieu de création artistique le "104" à Paris. Au programme de cette journée stimulante : tables rondes, projections de vidéos, présentation de prototypes, mise à disposition de documents de communication.

Plus d’une vingtaine de participants investis dans des chantiers d’action et de réflexion autour du thème de la ville intelligente (Hub, Faber Novel,Orange Lab's, Cap Digital) étaient réunis pour communiquer et échanger sur leurs projets.

Mené en lien avec Chronos et Tactis, le programme Villes 2.0 explore les défis et les opportunités qui émergent des transformations de la ville (mobilité, ville durable, mixité et autres).

Trois tables rondes ont mis en perspectives les recherches du programme. Premier constat: la ville 2.0 existe déjà. Bonne nouvelle! Les villes numériques passent de la réflexion à l’action avec notamment les illustrations pratiques de Barcelone et Helsinki. Les débats ont mis en avant le phénomène innovant de fabrique des services urbains par les citoyens. On assiste ici à l’émergence de nouveaux acteurs urbains, de nouveaux usages, notamment avec le développement des outils de cartographie en temps réel comme OpenStreetMap, Dismoiou. Bruno Marzloff, sociologue du Groupe Chronos, explique : « la ville 2.0 fait émerger un droit naturel du citoyen à l’administration de son quotidien ». On parle bien ici de citoyen et non plus seulement d’usager ou d’habitant. Cette notion est particulièrement intéressante et révélatrice des enjeux sociaux et politiques qui se dessinent au sein de cette ville augmentée.

Avec la ville 2.0, chaque individu devient source et émetteur de données. Cet aspect souligne la dimension hautement participative du projet. Les intervenants ont particulièrement insisté sur la mise en place de leviers d’innovations en la matière. L’objectif est ici, de parvenir à l’édition d’informations les plus complètes qu’il soit, en s’appuyant notamment sur l’intervention croissante des données subjectives. Ce qui n’est pas sans soulever le paradoxe de la diffusion de données à la fois globales et locales (donnant d’ailleurs lieu à la création du néologisme « Glocal »).
Autre thème abordé durant ces débats : l’incitation à la collaboration avec les collectivités. Car, si la participation des internautes est de mise, dans cette réflexion autour de la ville intelligente dite « ville 2+1 », le rôle des collectivités territoriales est fondamentale. Pierre-Antoine Durgeat (co-fondateur de Dismoiou) a questionné dans ce sens les représentants institutionnels, qui ont su reconnaître avec Mme Catherine Barbet (Institut de Recherche sur la ville durable pour la ville de Paris) le manque actuel de volonté politique dans ces domaines.

D’un point de vue à la fois technique et éthique, la ville 2.0 dessinée par la FING est placée sous le signe du partage. Les acteurs économiques investis dans ces chantiers misent énormément sur le feedback des citoyens et réfléchissent à des stratégies pour les récompenser. De nouvelles pratiques voient le jour, avec l’émergence du piratage positif (Ex : détournement de l’Interface Vélib). Le contexte environnant propice au développement des réseaux sociaux, permet de pouvoir imaginer reproduire un mécanisme de bouche à oreille à l’échelle du Web.

Enfin pour conclure, nous souhaitons relever la vive intervention de Jean-Yves Chapuis (vice-président délégué aux formes urbaines de Rennes Métropole), qui n'hésite pas à poser des questions jusque là un peu éludées. Chapuis esquisse les limites du positivisme technologique et pointe du doigt les risques « d’infobésité ». Il s’agit d’anticiper et d’entrevoir la finalité réelle et effective de ces collectes de données et de leurs traitements. Le vrai débat n'est finalement pas technique mais citoyen : quels types de services veut-on pour quelle ville de demain ?

Visuel : Présentation du projet SmartCity par Dédale - Nef Curial du 104 - Rue 2.0