culture mobile_le blog

15
décembre
2010
16:25

Des clés USB disséminées dans Paris : pour quoi faire ?

L'artiste allemand Aram Batholl est à l'origine d'un projet original. Puisque le partage de fichiers sur Internet est menacé par de plus en plus de dispositifs et lois pour lutter contre le téléchargement illégal "de pair à pair" (P2P), autant transposer le partage... dans la vraie vie, hors ligne.

Comment ça marche ?
"‘Dead Drops’ est un réseau de partage de fichiers de pair à pair (P2P), anonyme et offline, prenant place dans l’espace public. Des clés USB sont intégrés dans les murs de la ville, et accessibles à n’importe qui. Chacun est invité à déposer ou à récupérer des fichiers en connectant son ordinateur portable à un « mur ». Chaque clé USB est installée sans données, à l’exception d’un fichier-texte expliquant le projet. ‘Dead Drops’ est un projet ouvert. Si vous souhaitez installer une clé dans votre ville, suivez le guide, puis partagez la localisation et des images de l’installation."



A Paris, trois clés USB sont présentes "dans le jardin du Carrousel, (...) dans le 14e sur un mur (...) et camouflée sur le Pont des Arts", indique le site Pop Up Urbain.

Alors, que pensez-vous de cette initiative ? Utile pour dénoncer les difficultés à partagée sur Internet ? Un joli pied de nez ?



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

11
décembre
2010
19:42

Plus fort que Google Earth : une carte holographique

Que donneraient les images satellites de Google Earth "imprimées", et diffusées de manière holographique ? Et surtout, à quoi cela servirait ? Zebra Imaging a pour le moment répondu à la première question, en créant un hologramme représentant des images extrêmement détaillées. Une carte en couleur, matérialisée, et en couleur. Le type de gadget que l'on retrouvait pour l'instant que dans les films...



Les hologrammes sont "imprimés" à l'aide d'une pellicule spéciale ainsi que de lasers, explique pfsk.com.

Reste la seconde question. A quoi cela sert ? La société vise les architectes, qui peuvent, à l'aide d'un tel produit, visualiser sous tous les angles et à l'avance, le projet qu'ils mettent en oeuvre. A cela s'ajoute la possibilité de superposer plusieurs "couches" de données permettant de proposer une présentation plus efficace, plus originale, et plus en accord avec le produit final.



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

4
décembre
2010
20:19

Des robots peuvent lire, comprendre et analyser... comme des grands

Des chercheurs de la faculté des sciences de l'université d'Oxford ont développé un utilitaire permettant à des robots de comprendre des "signalétiques textuelles". "Le but est de leur permettre d'estimer la pertinence de l'endroit où ils se trouvent et des lieux avoisinants par rapport aux actions qu'ils doivent effectuer", indique l'un des chercheurs.

Le logiciel se base sur un système de reconnaissance des caractères (qui repère les mots à partir d'une analyse des contrastes, des tailles et formes de caractères), une connexion internet, ainsi qu'un correcteur orthographique qui permet de contextualiser et comprendre chacun des mots "lus".
Mais pour donner du sens à une suite de mots, le robot se connecte à Internet : "le logiciel analyse le nombre de fois où un mot apparaît sur les façades des rues, comme le nom d'un restaurant, d'une pharmacie ou d'une banque".

A quoi ça va servir ?
Un tel logiciel, couplé à la voiture autonome de Google par exemple, et un GPS, et voici une voiture qui comprendrait les panneaux qui l'entourent...

Ci-dessous, des exemples de reconnaissance textuelles par le robot d'Oxford.



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!