culture mobile_le blog

29
juillet
2010
09:37

Street Slide, nouvelle orientation dans la cartographie 3D

Ça se passe dans votre ville sous vos yeux, sur vos écrans. Google et Microsoft se disputent leurs quartiers. Telle une guerre des gangs, les deux barons du net veulent posséder la ville...et surtout sa représentation numérique. On pensait Street View de Google tout puissant, maintenant il faudra compter sur Microsoft et son Bing Maps qui tente l'innovation pour la démarque. Avec Street Slide, Microsoft rappelle que la bataille n'est pas gagnée d'avance.

Nouvelle option de navigation sur les cartes 3D immersives des routes et chemins. Il s'agit de simplifier les déplacements, souvent laborieux, dans cet espace 3D simulé. L'idée est d'aplatir le décors sous formes de bandes, pour mieux voir l'étendue d'une rue et peut être, mieux mémoriser sa structure le jour où l'on s'y rendra. En comparaison avec le sillonnage d'une ville en automobile, le nouvel affichage revient à observer la rue non plus à la place d'un conducteur, mais à la place du passager qui observe la rue latéralement. Le tout permet un déplacement sur la carte bien plus ergonomique , et pratique si l'on ajoute des métadonnées comme les logos de magasin, leurs horaires, leurs promos...

HistoryPin propose de surimposer de vieilles photos (1840- à nos jours) sur les enregistrements récents de Google Street View (voir image ci-dessous).

HistoryPin

L'idée est précieuse car elle permet de mettre à jour constamment la représentation numérique du monde environnent ; d'autre part elle inscrit en mémoire le patrimoine architecturale et son empreinte dans l'histoire. Mais une fois de plus Bing Maps riposte et propose une fonctionnalité similaire mais plus poussée, car cette fois c'est la captation vidéo via mobile qui est inscrustée dans la cartographie (cf. vidéo ci-dessous, 5'00). Impressionnant!



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

15
juillet
2010
08:45

5 exemples de vitrines interactives

Nombreux sont les artistes à avoir expérimenté le concept d'écrans interactifs qui associent position de l'usager et génération d'image. Aujourd'hui le procédé s'est démocratisé et s'essaye dorénavant dans l'espace public. On peut regréter toutefois qu'il accompagne le plus souvent une démarche strictement marketing. A quand des murs interactifs ludiques pour égayer l'espace urbain?

L'office du tourisme canadien ne s'est pas contenté d'une publicité classique pour promouvoir son territoire. Il propose ici, dans les rue de New York , Los Angeles et Chicago, un mur où sont exposés les expériences touristiques de privilégiés partis découvrir le Canada.

L'idée de la marque Magnum va volus faire sourire, du moins si vous avez envie d'une glace. Explication :

Pour la promotion de son service VOD payant, YouTube avait installé ce dispositif interactif...quelque peu décevant. Habituellement ce médium fait preuve d'originalité pour présenter certaines compagne publicitaire en ligne. On pouvait s'attendre à mieux.

Nokia et sa vidéoprojection interactive pour le lancement d'Ovi maps rappelle le projet "Night Lights" , le passant est cette fois intégrée dans l'installation.

Disney investit l'espace public en présentant une interface jouable de son prochain jeu "L'apprenti sorcier". Une attraction immersive, pour les enfants tout du moins.

via EveryWare et Publigeekaire

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

8
juillet
2010
10:15

En attendant la vision augmentée [3]


2020-diet

En 2009 les applications à base de réalité augmentée ont inondé le marché. Beaucoup d'entreprises se sont empressées de surfer sur cette vague pour profiter de l'engouement et de l'attention qui s'y prêtait. A l'image du buzz Inaked (cette application fictive qui déshabillait les personnes), beaucoup de ces services ont d'avantage fait parler d'eux qu'ils n'ont fait émerger d'usages. La faute revient peut être aux appareils mobiles qui ne facilitent pas encore cette pratique : de la faiblesse des batteries à la vision par écrans interposés. Des lunettes pourraient favoriser la consultation de cette couche informative supplémentaire.

Exemple fictif pour l'heure avec cette fausse publicité qui a participé à la promotion marketing du film Iron Man 2, ventant un produit qui n'existe pour l'instant que dans les films de fiction, une paire de lunette capable d'ajouter des informations sur l'environnement observé. Un concept qui semble intéresser le constructeur Nokia...



Entrez dans l'immersion la plus totale, gangrénée par la publicité outrancière et la technologie surexploitée ; celle de « Augmented (hyper)Reality: Domestic Robocop » de Keiichi Matsuda à travers ce court métrage réalisé en fin de cursus étudiant en architecture.



Selon les estimations de l'auteur de cet article de Forbes « Your Life in 2020 » dont ces illustrations sont extraites, il nous faudra encore attendre une petite dizaine d'année pour s'essayer à ce type d'expérience.

2020-bar

2020-clothes

Plus concret maintenant, le dossier Culturemobile « La réalité augmentée : tour d'horizon d'une technologie qui revient à la mode » vous informera sur la passée de cette technologie et vous présentera des projets passionnants, qui eux sont bien réels.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

29
mai
2010
16:34

«Station Osmose », prenez le temps d'être mobile


station-metro-osmose-ratp

La RATP présente à la Cité de l’architecture et du patrimoine « Station Osmose » un projet prospectiviste sur les espaces de transports urbains. Laboratoire de solutions innovantes pour le transport de demain, ce projet regroupe trois concepts pensés par Foreign Office Architects (Londres), Abalos, Sentkiewicz Arquitectos & Jasper Morrison office for Design (Madrid et Londres), et Périphériques Architectes (Paris). Quelle forme pour la station de demain ? Comment accueillir tous les nouveaux modes de transport et organiser leur rencontre ? Comment concevoir des espaces efficaces et durables dans un environnement de plus en plus riche et évolutif ? Ebauches de réponse à travers ce projet, matière première pour les études à venir sur la conception de plateformes mobiles.

Pour l'architecte Inaki Abalos, la station de métro doit devenir « le catalyseur de la vie publique et non un lieu souterrain et fermé ». Pour celà tous les services et tous les équipements y seraient accessibles et intégrées dans l'ambiance du métro. Utiliser le potentiel des flux migratoires via ces espaces de correspondances pour faire émerger des nouveaux usages est un défi à relever qui n'est pas sans difficulté ; car tous les citadins qui empreintent de plus en plus les différents transports à la carte (métro, vélo et voitures de location) ont potentiellement moins en moins de temps à partager dans des lieux publics.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

28
mai
2010
15:29

Orange lance son « Pass cityzi » à Nice

citizi-orange

Tout payer ou presque avec son mobile, de son sandwich sur le pouce à son trajet de bus ? C'est déjà une réalité au Japon. Beaucoup d'expérimentations ont été menées en Europe, mais de façon presque « clandestine ». Eh bien cette fois, Orange lance en juin le premier véritable test commercial du genre. Disponible dans sept boutiques de l'opérateur à Nice, l'offre repose sur un « Pass cityzi », gratuit jusqu'au 30 juin 2011 pour les clients ayant un forfait mobile voix d'Orange, sur un mobile Samsung, logiquement appelé le « Player One cityzi », ainsi que sur un service client dédié, faisant l'intermédiaire entre les fournisseurs de services et les consommateurs. Sa technologie, dite NFC pour Near Field Communication, permet non seulement le paiement via des lecteur...

>> Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

15
avril
2010
15:47

Les cabines téléphoniques disparaissent ? Vive les cabines Internet !


cabine-telephonique-internet-orange-interface

Que seraient Paris ou Londres sans leurs cabines téléphoniques ? Même s'ils ne les utilisent plus beaucoup depuis l'avènement du mobile, bien des Parisiens et des Londoniens y sont profondément attachés. Mine de rien, cela fait depuis 1881 qu'elles s'inscrivent au cœur du paysage quotidien de Paris, comme le symbole du plus urbain mais aussi du plus évident des services publics. Sauf que la concession d'occupation du domaine public octroyée à l'opérateur historique pour les 5299 cabines installées dans la capitale arrive à échéance dans trois ans, et que l'idée d'un lieu uniquement dédié à la téléphonie (fixe) a peut-être fait son temps. D'où l'idée d'une mise à jour de ce mobilier, grâce à un nouveau design, l'accès à Internet et un écran tactile. Vous voulez téléphoner ? Pas de problème, les 12 prototypes de « cabine téléphonique du futur » installées par Orange et JC Decaux vous permettent d'appeler comme au bon vieux temps, mais en Voix sur IP, c'est-à-dire en mode numérique, pour le prix d'une communication « classique ». Vous voulez juste envoyer un courrier électronique ? Ou naviguer sur Internet afin de trouver une salle de cinéma ou vérifier l'adresse d'un restaurant ? C'est tout aussi simple, et en plus c'est gratuit pendant ...

>> Lire la suite

Photographie © Orange
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

9
avril
2010
20:06

Les vélos ont la cote : 5 avancées futures du deux-roues

Les vélos seraient-ils les moyens de transports les mieux adaptés aux sociétés urbaines actuelles. Leurs couts de production est très faible, leurs clientèles est de tous les ages, leurs énergies mécaniques est non polluante. Le succès des vélos en libre service en France ouvre la voie à leur prolifération. Que leurs améliorations passent à la vitesse supérieur.

Lors du Sommet de Copenhague,le MIT Senseable City Lab a présenté la “Roue de Copenhague”, une évolution de la roue arrière des vélos pour rendre les déplacements plus aisés. Celle-ci est capable d'emmagasiner l’énergie cinétique produite lors de chaque freinage, qu'elle libèrera ensuite lors des montées. Cette roue accueille aussi des capteurs environnementaux à la manière de La Montre Verte. Chaque déplacement enregistre des données environnementales et les affiche en direct sur une carte. Photos de Max Tomasinelli

copenhaguewheel-nox

Artikcar de Ben Wilson, simule le volume d'une voiture par un néon lumineux de la forme de celle-ci.

artikcar-bike

Chez kolelinia ce n'est pas tant le vélo qui évolue mais les pistes cyclables, habituellement accolées au réseau routier. Cette fois, le chemin se situerait dans les airs, il surplomberait les routes. Il s'agirait d'une rigole dans laquelle le vélo serait maintenu à l'équilibre. Le cycliste serait toutefois attaché pour garantir sa sécurité. On espère le dispositif discret pour ne pas dénaturer le paysage déjà mise à mal...

kolelinia

Pour gagner en visibilité, notamment lors des trajets de nuit, rien de telle que la solution d'Evan Gant et Alex Tee, de la firme de design américaine Altitude Inc, "LightLane". Un pointeur laser fixé à l'arrière du vélo projette sur la route les délimitations d'une piste cyclable virtuelle.



Free Ride est un scénario d'anticipation de l'agence IDEO, pour le projet d'innovation Living Climate Change. Comme les autres sujets, celui-ci se projette dans 20 ou 30 ans quand le changement de climat nous aura conduit vers un changement de nos modes de consommation. Les déplacements en vélos permettent d'accumuler des cellules d'énergie, reutilisables dans d'autres services d'un écosystème ubiquitaire. [voir la vidéo n°2, Escape]

Dans l'aspiration : LondonGarden, vers une mobilité non polluante en centre-ville

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

6
mars
2010
13:34

Retour en Terra Numerica


Après 3 ans de recherche sur la numérisation du patrimoine en 3D, s'est clôturé en janvier dernier le projet Terra Numerica. Il a pour but de développer les technologies nécessaires à la production la plus fidèle possible des représentations 3D de territoires urbains de grandes dimensions. Le but étant l’exploitation visuelle de ces représentations au travers d’applications en ligne (Internet), d’applications mobiles (téléphone mobile ou PDA) et de dispositifs de réalité virtuelle et de réalité augmentée.

Entre réel et virtuel, le territoires numérisés induisent un nouveau regard sur le monde, défriché pour l'occasion par des artistiques invités. En effet, la puissance de tels outils révèle un potentiel impressionnant sur les usages futurs... Les limites et les inquiétudes suscitées par ce projet le sont donc tout autant, impressionnants. La vidéo ci-dessous présente une rétrospective de l'initiative. Le suivi global se trouve sur le blog Hyperurbain tenu par le CITU (programme commun aux universités Paris1 et Paris8).



Cerise sur le gâteau, lors de la soirée cocktail de clôture, la salle de réception a été scannée avec un appareil Trimble FX. L'instant capturé s'est alors habillé d'une esthétique peu commune. Là encore, impressionnant...

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

26
janvier
2010
15:34

5 concepts de téléphone/bracelet futuriste

Wristwatch phones

La montre/téléphone de LG et celle de Blackberry annoncent-elles un retour des technologies portées sur l'avant bras? Certains designers apprécient cette opportunité et n'hésitent pas à repenser le téléphone du futur, en l'améliorant de fonctionnalités ubiquitaires. "Design" oblige, ces nouveaux appareils se mettent sur leur 31 pour se fondre dans les styles vestimentaires de chacun, quitte à passer pour des technologies ostentatoires. Le syndrome de la pomme est passé par là...



Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

22
janvier
2010
19:00

SMARTCITY : LANCEMENT DES WORKSHOP



Les expérimentations artistiques de Smarticity Paris débutent aujourd'hui. Une nouvelle fois, c'est la Cité internationale universitaire de Paris qui servira de terrain d'activité. Cette relecture sensible et artistique du territoire vous sera rapportée sur Culturemobile durant l'évènement jusqu'à la conférence de clôture le 28 janvier. En introduction, une présentation de la thématique des chantiers.

"Territoires mobiles"

Les médias mobiles et de localisation, les nouvelles formes de cartographie et de récit, et autres instruments de mobilité ont infiltré nos villes et nos modes de vie. Ils opèrent une mutation des rapports à l’espace et au temps des citadins. On assiste alors à une multiplication des pratiques de mobilité, des trajectoires et de l’intensité des flux de communication et de déplacements.
Quel en est l’impact sur notre perception des territoires, sur les formes urbaines et l’aménagement, sur nos modes de vie ? C’est la question que se proposent d’explorer les artistes du workshop, en travaillant en collaboration sur des projets artistiques variés et appliqués au territoire (déambulation, interface mobile, urban game art, dispositifs immersifs, architectures éphémères…).

SmartCity se déroule dans plusieurs villes européennes. En France, le projet est mis en oeuvre en partenariat avec la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP). Elle est considérée comme un laboratoire d'innovation architecturale dès sa première phase de construction vers 1925. En 2008, une première expérimentation grandeur nature été mise en place sur le territoire de la Cité internationale universitaire de Paris - Gentilly - Arcueil. En 2010, les expérimentations se prolongent, à la croisée des thèmes mobilités, art et nouvelles technologies.

Les projets artistiques

Il s’agit d’un programme de recherches-actions appliqué à un territoire donné. Par la mise en oeuvre d’expérimentations urbaines, sociales et artistiques sur le site, les workshops visent à une relecture sensible et artistique du territoire. L'accent est mis sur la collaboration et la fertilisation croisée des compétences pluridisciplinaires. Les workshops réunissent des intervenants issus d’horizons professionnels et géographiques divers, autour d'un programme de travail appliqué au territoire. Ils associent aussi des habitants, des acteurs locaux et des structures partenaires telles que des écoles d’art ou d’architecture, des industriels ou des laboratoires de recherches.

Présentation rapide des projets artistiques entrepris.

Walking the Edit de Ulrich Fischer cherche à combiner le champ du cinéma et le territoire des nouvelles technologies pour un public non spécialisé. De nouvelles formes de narrations cinématographiques sont ainsi expérimentées à travers le projet.

Rebar Group travaille à l’intersection de l’art, du design et de l’activisme. Ce collectif de San Francisco oeuvre dans l’espace urbain : ses installations éphémères et ses performances visent à redéfinir le paysage de la ville, à la fois sur le plan visuel et sur le plan conceptuel.

Coupler le Walkman au GPS : telle est la genèse d’Oterp. Antonin Fourneau a cherché à intégrer le mouvement dans la composition de musiques : un promeneur compose à partir de ses déplacements et ses positionnements géographiques successifs.

Le collectif Pied la Biche réalisera un film dans lequel il s’intéresse en particulier aux modalités de déplacements sur le territoire de la Cité Internationale Universitaire de Paris et ses alentours.

Le Studio 21bis, composé de Romain Demongeot et Laurent Lacotte, fera apparaître, dans l’espace urbain, des dispositifs éphémères et insolites, questionnant notre rapport à l’habitat, aux sphères publiques et privées.

smartcity-workshop

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!