culture mobile_le blog

27
janvier
2011
20:00

Souriez, vous êtes hackés

Le verbe anglais "hacker" pose souvent problème lorsqu'il est traduit en français. La traduction de cette "action" prend différentes significations selon le contexte : bidouiller, détourner, contourner, falsifier, transformer, tricher, simplifier, pirater, accéder, dérégler... Le terme a émergé du champs lexical de l'informatique, il désignait à l'origine une personne maîtrisant les mécanismes de sécurité informatique, souvent ravie de défier tout système dit "impénétrable". Aujourd'hui le terme est galvaudé et s'utilise pour qualifier une action qui n'était pas pensée a l'origine par les constructeurs d'un produit. Une fois effectué, ce détournement apporte une valeur ajoutée significative à l'usage premier. Cette pratique peut s'apparenter à une réappropriation d'un outil, d'une lieu, ou d'un produit quelconque, mais reste marginale, car elle n'est pratiquée à l'heure actuelle que par un petit nombre. Souvent à des fins artistiques, ou activistes, le hacking est aussi pratiqué pour le jeu, pour le défi. Voir exemples.

La Grotte du Barbu propose un nouvel atelier bricolage, une balançoire...dans le métro! Vers une ville ludifiée ?

Jailbreaker un Iphone, le "hacker", sert à faire fonctionner les applications qui n'auraient pas été autorisées par la firme Apple. Interdite dans un premier temps, cette pratique s'est vu légalisée par le gouvernement des Etats Unis en juillet 2010 suite à des réclamations sur linteropérabilité d'une oeuvre. L'action encourrue ici est une provocation puisque l'auteur va jailbreaker un iphone en direct d'un Appstore.

Les télécommandes "universelles" éteignent par définition un très grand nombre de télévision, la preuve en est.

A noter, deux évènements ce week-end autour du hacking.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

12
janvier
2011
12:44

Le futur dans les cieux

Le 20 juillet 1969, 700 millions de spectateur assistaient à une mondovision qui présentait la bande annonce d’un futur galactique. L'été dernier avait lieu le premier vol du "SpaceShipTwo" de la compagnie Virgin, futur transporteur sensé inaugurer la conquête spatial pour le commun des mortels. Le vieux rêve du tourisme spatial est donc en marche et devrait propulser quelques fortunés en apesanteur dans les années à venir. Et si les airs devenaient un environnement habitable ? Qu’en ferions- nous ? Quelques pistes pour prendre l’air :

Zep’Lin est un dirigeable de 8000 m³ gonflé à l’hélium qui utilise des panneaux photovoltaïques pour s'alimenter en énergie. Ses ailes souples pivotent de façon intelligente pour rester dans l'axe des rayons du soleil et capter le maximum d'énergie solaire. Le dirigeable serait pourvu d'une maniabilité pointue pour atterir facilement, n'importe où, sans recourir à une piste adaptée.

Ce concept a été designé par Damien GROSSEMY lors d'un stage de fin d'étude chez Renault. Allez voir son portfolio, il y a d'autres projets d'écomobilité très bien pensés.

La marque Samsung et le studio Seymourpowell ont imaginé un concept d’hôtel de luxe volant, le Aircruise. Propulsé avec du gaz hydrogène, il serait capable de soulever 396 tonnes. Bientôt dans villes dans les airs?

Et si en 2016 vous preniez des vacances dans l'espace? Si l'on en croit les avances de Orbital Technologies, il sera bientôt possbile de prendre quelques jours de congés dans le premier hotel de l'espace, accompagné de 6 autres convives. Le prix d'un tel "repos" n'est pas encore annoncé ; on l'imagine astronomique.

orbital-technologies

Une belle illustration de cette prospective avec "Modern Times", un surprenant court métrage de science-fiction :

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

30
novembre
2010
19:56

Des archives vidéos disséminées dans Paris grâce aux QRcodes

http://cosmografik.fr/wp-content/uploads/2010/11/photosQR7.jpg

Le projet "Paris, Désordres Publics" est un web-documentaire dont le contenu est pensé pour être consulté en toute mobilité. Chacun des sujets, composés de vidéo d'archives et de photos, est consultable en photographiant des QR codes avec son mobile, ces fameux code-barres 2D que l'on voit de plus en plus sur les affiches publicitaires. Le collectif RaspouTeam, à l'origine du projet, à pousser la démarche jusqu'à imprimer ces motifs interactifs sur des carreaux de céramique, collés sur les murs de Paris. Une vingtaine d'entre eux sont parsemés dans la capitale, ils renferment des bribes d'Histoire, parfois méconnues ou oubliés, en rapport des évènements ayant entraîné un "désordre public". A découvrir in-situ donc pour partager la mémoire du lieux, et ici pour les curieux.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

14
novembre
2010
12:01

Des routes qui produisent de l'électricité: c'est possible

Imaginez une route faite de panneaux solaires mis bout à bout, qui crée de l'énergie, diffuse des informations, et transporte l'électricité aux habitations adjacentes à ces mêmes routes? Alors que la voiture électrique pointe le bout de son nez, la question de la recharge des batteries de ces véhicules semble d'un coup, balayée du revers de la manche.

Alors, c'est quoi cette "route solaire?
"Solar Roadways" "se veut une alternative intelligente à la traditionnelle route en asphalte".

En plus de produire une quantité impressionnante d'énergie, la "solar roadways" permet de diffuser des informations (plus besoin de peindre les lignes, elles s'affichent grace à des LED, des messages - ralentir, attention - peuvent également être diffusés).
Autre avantage de cette route: la chaleur emmagasinée peut être utilisée en cas d'enneigement!

Ci-dessous, une vidéo du prototype (en anglais).


Financée en partie par le gouvernement américain, cette initiative fait de plus en plus sensation...
Il faut dire qu'elle apparaît comme capable, du moins sur le papier, de répondre aux grands challenges de demain.

"Nous avons des kilomètres et des kilomètres de routes en asphalt au travers le pays, et pendant l'été, elles absorbent énormément de chaleur, chauffant très fortement les routes", indique le professeur K. Wayne Lee, leader du projet. "Si nous parvenons à collecter cette chaleur, nous pouvons la réutiliser au quotidien, économiser les énergies fossiles, et réduire le réchauffement climatique".

Emballant, non?



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

11
octobre
2010
16:17

Google nous balade, dans une voiture sans conducteur

"(...) l'un des gros problèmes sur lesquels nous travaillons, est la sécurité routière. Notre but est d'empêcher les accidents de la route, faire gagner du temps au gens, et réduire les émissions de carbone, en changeant totalement la manière dont nous conduisons. Donc nous avons développé une technologie pour que les voitures se conduisent elles-même". La nouvelle est pour le moins inattendue, Google déclare s’intéresse de près à la mobilité. C'est discrètement, sur son blog, que la firme a annoncé hier travailler sur des véhicules auto-téléguidés. Des phases de test ont même été lancé : sept véhicules tests (six Toyota Prius et une Audi TT) ont déjà parcouru 1500 kilomètres « seuls » et plus de 200 000 kilomètres avec l’aide occasionnelle d’un vrai conducteur. Pour autant il ne faut pas compter sur de tels moyens de transports avant plusieurs années bien que cette nouvelle pourrait accélérer les recherches concurrentes, CityMobil, un projet européen qui réunit 10 pays et 28 partenaires où le projet de Volkswagen. On notera que le moment a été bien choisi car l'annonce a été faite le 10/10/10 soit lors de la journée d'action contre les émissions à effet de serre. Autre indice confirmant cette intérêt pour les déplacements moins polluants, l'un des projets du concours d'idées "Project 10^100", financé par Google, est un monorail aérien, sorte de pédalo tyrolien...

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

5
octobre
2010
15:45

Souvenirs d'une Nuit Blanche

1,5 millions visiteurs pour la Nuit Blanche 2010 déclarait Christophe Girard, adjoint PS à la Culture à la mairie de Paris. De longues files d’attente donc pour découvrir les oeuvres d'art contemporain et les lieux investis par les artistes. Les organisateurs avaient recruté pour l'occasion 20 "tweetreporters pour livrer leurs impressions sur les expériences artistiques et couvrir en temps réel l'affluence des visites selon les différentes zones géographiques. Un procédé participatif à la fois informationnel et pratique qui deviendra peut être un standard sur les évènements de cet ampleur.

Extrait des photos prises en toute mobilité par les tweetreporters (l'ensemble des photos ici)

Très belle idée d'installation / Eglise St. Germain #nb10 on Twitpic #nb10 / Trocadero //  on Twitpic Share photos on twitter with Twitpic

Place aux photographies de qualité maintenant, prises par les 20 photoreporters selectionnés. Cliquez sur cette image pour accéder à la galerie. A vous de choisir le meilleur photographe !

nb10

Revivez la Nuit Blanche 2010
envoyé par mairiedeparis. - Films courts et animations.
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

2
octobre
2010
15:55

Seaswarm, le robot aquatique


seaswarm

Les marées noires sont des catastrophes que l'on pourrait penser ponctuelles, presque anecdotiques ; pourtant d'après ce listing wikipédien, il y en aurait au moins une par an. Et ce depuis 20ans. Si les négligences humaines sont irremplaçables, peut être que l'ingéniosité de certains ralentira ce fléau. Le laboratoire Senseable du MIT propose Seaswarm, un robot capable "d'éponger" ces gigantesques flaques de goudron en toute autonomie : énergiquement tout d'abord, grâce à des panneaux photovoltaïques, et aussi dans leurs gestions, puisque ceux-ci auto-organisent leurs stratégies d'action en fonction du GPS qu'ils embarquent, couplé à un emmeteur wifi. En somme, une solution penser pour diminuer le coût humain qu'une telle catastrophe nécessite. Le peuple aquatique salue la démarche.

Ce billet est en résonnace avec un précèdent, "La visualisation de l'information au secours des catastrophes naturelles".

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

22
septembre
2010
09:30

Geocaching, la balade curieuse

La curiosité est un vilain défaut sermonnent les moins audacieux. Elle sourie au plus chanceux, et d’avantage encore à ceux munis d'un GPS sur leur mobile, pourvu qu'ils s'adonnent au "Geocaching". Terme qui désigne la pratique de cache-cache géolocalisé, et plus précisément la traque ludique de petites boites éparpillées dans la nature renfermant des trésors.

La vidéo ci-contre résume ce concept qui ravivera votre envie d'arpenter les sentiers alentours. Il y a fort à parier qu'un de ces boîtes se trouve non loin de votre trajet quotidien : il y aurait 13 000 pochettes surprises parsemées en France, répertoriées sur des sites communautaires dédiés à ces chasses aux trésors geocaching-france, Ciste...

Cette activité participative et communautaire rappelle celle du bookcrossing, l'abandon de livre dans un lieu public à destination d'autrui. Commence alors une chaîne de l'échange entre bien communs. Tentés pour libérez vos livres des étagères?

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

25
août
2010
09:58

Visualisation de données : rendre compréhensible la complexité

Aujourd'hui, la capacité à générer et acquérir des données a largement dépassé notre capacité à les appréhender. Elles sont si riches et nombreuses qu'il est parfois difficile des les assimiler et de s'en servir pour construire son analyse personnelle. Les infographies ont toujours été une aide précieuse au corps journalistique pour expliciter des situations complexes. La presse, en pleine mutation, pourrait trouver dans cette exploitation de la «data» une valeur ajoutée qu'elle avait jusqu'alors isolée. De plus, comme ces données ont des chance d'être le fer de lance du web de demain (cf.Tim Berners-Lee: The year open data went worldwide), il pourrait être bon de suivre l'engouement qui s'exerce outre atlantique car ces nouvelles analyses visuelles, concises et didactiques, épousent les caractéristiques du support multimédia (prédominance de l'image, interactivité, espace d'exposition, actualisation...). Voici quelques exemples concernant la mobilité et les télécommunications.

What the tweet Mobile browser market share A brief History of Modern Communication Qui vous observe sur le net

Ou trouver ces «datavisualisations» :

KJB de signets graphiques

Webilus, le web en image

Infosthetics

Actuvisu.fr

A noter que ce concept peut aussi prendre la forme de vidéo :

TakePart: Participant Media - Waiting For 'Superman' - Infographic from Jr.canest on Vimeo.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

8
juillet
2010
10:15

En attendant la vision augmentée [3]


2020-diet

En 2009 les applications à base de réalité augmentée ont inondé le marché. Beaucoup d'entreprises se sont empressées de surfer sur cette vague pour profiter de l'engouement et de l'attention qui s'y prêtait. A l'image du buzz Inaked (cette application fictive qui déshabillait les personnes), beaucoup de ces services ont d'avantage fait parler d'eux qu'ils n'ont fait émerger d'usages. La faute revient peut être aux appareils mobiles qui ne facilitent pas encore cette pratique : de la faiblesse des batteries à la vision par écrans interposés. Des lunettes pourraient favoriser la consultation de cette couche informative supplémentaire.

Exemple fictif pour l'heure avec cette fausse publicité qui a participé à la promotion marketing du film Iron Man 2, ventant un produit qui n'existe pour l'instant que dans les films de fiction, une paire de lunette capable d'ajouter des informations sur l'environnement observé. Un concept qui semble intéresser le constructeur Nokia...



Entrez dans l'immersion la plus totale, gangrénée par la publicité outrancière et la technologie surexploitée ; celle de « Augmented (hyper)Reality: Domestic Robocop » de Keiichi Matsuda à travers ce court métrage réalisé en fin de cursus étudiant en architecture.



Selon les estimations de l'auteur de cet article de Forbes « Your Life in 2020 » dont ces illustrations sont extraites, il nous faudra encore attendre une petite dizaine d'année pour s'essayer à ce type d'expérience.

2020-bar

2020-clothes

Plus concret maintenant, le dossier Culturemobile « La réalité augmentée : tour d'horizon d'une technologie qui revient à la mode » vous informera sur la passée de cette technologie et vous présentera des projets passionnants, qui eux sont bien réels.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!