culture mobile_le blog

15
décembre
2010
16:25

Des clés USB disséminées dans Paris : pour quoi faire ?

L'artiste allemand Aram Batholl est à l'origine d'un projet original. Puisque le partage de fichiers sur Internet est menacé par de plus en plus de dispositifs et lois pour lutter contre le téléchargement illégal "de pair à pair" (P2P), autant transposer le partage... dans la vraie vie, hors ligne.

Comment ça marche ?
"‘Dead Drops’ est un réseau de partage de fichiers de pair à pair (P2P), anonyme et offline, prenant place dans l’espace public. Des clés USB sont intégrés dans les murs de la ville, et accessibles à n’importe qui. Chacun est invité à déposer ou à récupérer des fichiers en connectant son ordinateur portable à un « mur ». Chaque clé USB est installée sans données, à l’exception d’un fichier-texte expliquant le projet. ‘Dead Drops’ est un projet ouvert. Si vous souhaitez installer une clé dans votre ville, suivez le guide, puis partagez la localisation et des images de l’installation."



A Paris, trois clés USB sont présentes "dans le jardin du Carrousel, (...) dans le 14e sur un mur (...) et camouflée sur le Pont des Arts", indique le site Pop Up Urbain.

Alors, que pensez-vous de cette initiative ? Utile pour dénoncer les difficultés à partagée sur Internet ? Un joli pied de nez ?



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

25
octobre
2010
19:51

Le Walkman de Sony est mort, vive le Walkman!

Sony, créateur en 1979 du devenu mythique Walkman à cassette magnétique a annoncé lundi 25 novembre avoir arrêté la vente de ses baladeurs au Japon.
Dépassé techniquement, à l'heure du mp3 roi, le Walkman est le symbole de la démocratisation de la portabilité de la musique pour toute une génération.

Cet internaute a même réalisé une vidéo hommage pour célébrer la durabilité de son "joujou".


L'artiste Signal To Noise a réalisé en 2009, à l'occasion des 30 ans du lancement du Walkman, une oeuvre d'art à base des bandes magnétiques des cassettes.


Autre exemple d'oeuvre dédiées à l'engin, cette sculpture: Man With Walkman.


"Le groupe affirme avoir vendu plus de 220 millions de Walkman à cassette dans le monde en trois décennies", indique TF1News.



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

2
septembre
2010
08:57

La rentrée des plateformes sociales : Twitter, Facebook & Co

La dernière fonctionnalité n'est pas toujours la meilleure, comme le prouve cette infographie des échecs essuyés par Google. Le risque est à prendre...car une nouvelle fonction qui "cartonne" peut entrainer de nouveaux usages et donner une seconde vie à la plateforme tout en remotivant la communauté d'utilisateurs. De ce fait, la concurrence fait rage sur les réseaux sociaux, et c'est une véritable course à l'ingéniosité qui sévit entre les ténors du web. Bien entendu, coups bas et "copier/coller" sont de mises pour attirer au plus vite le chalant, souvent dépassé par ces services qu'on lui offre. Fin des vacances oblige, petite révision dans ce récapitulatif rapide des dernières nouveautés sur les réseaux sociaux.

TWITTER

Twitter optimisé pour Ipad en natif. Le site Twitter offre son application dédiée à la tablette tactile d'Apple,elle est conçue pour faciliter l'échange de contenus via les Tweets, ces mini-messages de 140 charactères. Twitter devenant une passerelle pour consommer son information autrement (en s'abonnant à des relais d'information, veilleurs et autres collègues de profession), la plateforme de microblogging propose un design d'interaction penser pour gagner du temps dans sa consultation d'information...de quoi cloisonner toute pulsion de navigation sérendipitique.

twitter-ipadipad-twitter

FACEBOOK

Le ras de marée continue, Facebook s'apprête à envahir votre quotidien, non plus dans les conversations à la machine à café, mais désormais dans l'espace public. Concrètement, la nouvelle fonctionnalité nommée Places n'est ni plus ni moins qu'un Foursquare bis. L'occasion de réviser, Foursquare permet de tagguer les lieux que vous visitez d'une annotation "ce restaurant offre le digestif", "lieux calme parfait pour travailler",... Cette plateforme sociale apportait un peu de ludique à l'histoire, plus vous référencez un lieu, plus vous obtenez des points, convertis en badge ; système que l'on pourrait qualifier de « geogame » comme l'introduit cet article du site Ecrans.fr. Mais Facebook ne compte pas 2 millions de membres, mais 500 millions, ce qui accroit potentiellement la démocratisation de cet usage.

APPLE

« Il est frais mon player! ». La Keynote d'Apple s'est déroulée hier soir à San Fransisco. Elle était axée sur la nouvelle gamme des iPod, dont le nouveau Ipod Nano, avec écran tactile, en démonstration ci-dessous. Pour le reste l'iPod Touch (cet Iphone qui ne fait pas téléphone) se voit greffer d'une caméra en façade et l’application de visiophonie Facetime. Coté réseau social, le player Itunes sera appuyé par Ping", sorte de Facebook+Twitter où les utilisateurs pourront suivre leurs amis et leurs artistes favoris. Fonctionnalité connue depuis lastFM et Zune, mais qui, intégrée à la force de frappe d'Apple, pourrait entrainer la mort (si ce n'est pas déjà le cas) de Myspace. Autre news, une fonctionnalité permettra bientôt aux possesseurs d’iPhone ou d’iPad de jouer ensemble sur les différentes applications tiers.

GOOGLE ME?

Depuis Farmville, le jeu qui a plus d’utilisateurs actifs (80 millions) que Twitter, le social gaming est le candidat convoité pour être la poule aux oeuf d'or 2010/2011. Google sera inévitablement de la partie puisqu'il est en train d'achèter des entreprises spécialisées dans le domaine. Facebook joue aussi le jeu ; vous l'avez peut être remarqué, depuis quelque semaines, un (10) s'affiche dans les options de votre compte, ce qui indique que vous avez dix crédits à utiliser pour l'achat de jeux Facebook, voir pour des accessoires à l'intérieur de ces jeux (cf. Le game design des Free-To-Play) . La monnaie virtuelle est déjà en place , elle n'attends plus que les joueurs.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

7
juillet
2010
10:00

A quoi ressembleront les festivals en 2050 ?


Future_festivals_Navigation&Connectivity

La saison des festivals a bel et bien commencé! Les Solidays ont battu un record d'affluence, Arles et les Vielles Charrues s'apprettent à ouvrir leurs portes et les Eurockéennes ouvrent l'appétit avec iRock leurs webreportages de l'édition 2009. En Angleterre, le partenariat entre le festival de Glastonbury et l'opérateur Orange fait une fois de plus écho jusqu'ici. Cette année, il ne s'agit pas d'un nouvel artefact hight tech écolo mais d'une prospective sur le futur des festivals. L'étude a été réalisée par des futurologues dans le cadre des 40 ans du festival ; l'idée était justement de s'imaginer au même endroit 40 ans plus tard, en 2050.

Les transmissions corporelles

Grâce a des technologies intelligentes incorporées dans les vêtements, chacun pourra transmettre aux autres combien il profite du festival. Comment ? Grâce à des capteurs de phéromones qui indiqueront sur vos vêtements que les morceaux qui passent ne vous laissent pas indifférents. Le rapport se penche également sur la faisabilité de tatouages qui, reliés à l'Internet, serviraient d'interface pour communiquer d’amis à amis les impressions sur la performance d'un artiste. Au final, les festivaliers seront capables de transmettre leurs ressentis via des nanotechnologies corporelles qui réceptionneront ce que le festivalier voit, entend et sent.

Partage d’instant

Cette innovation porterait sur la façon dont les concerts seraient diffusés et appréciés par des spectateurs non présents sur le site le jour « J ». Construit sur un moteur de recherche sémantique, les téléspectateurs pourront rechercher un spectacle basé sur leurs émotions et leurs humeurs du moment. Leur téléviseur, au combien plus évolué qu'aujourd'hui, proposera un dispositif holographique pour rendre compte de l’immersion habituellement vécue, dans la fosse, entourés d’amis et d’autres spectateurs. « Playlists » personnalisées et autres remixes seront de la partie, utilisés comme éléments de partage sur les réseaux. (cf. Neurosonics Live, les hologrammes n'existent pas encore... (fev2010)


Future_festivals_Interactive_Remote

Multisensorialité

Pour renforcer le degré d'interaction entre l’artiste et le public, il faudra superposer l'immédiateté de la performance avec de nouvelles technologies. Par exemple, les drapeaux traditionnels brandis dans la fosse deviendront des panneaux de messages holographiques visibles uniquement par l’artiste, sans gêner les festivaliers plus reculés. Cela permettra au public d'influencer la façon dont se déroule la performance et de donner à l'artiste la possibilité d'interagir avec les fans ; un jeu de scène plus social en somme. La foule sera en mesure de faire réagir l’espace scénique de l’artiste à l'aide d’interface à reconnaissance gestuelle des trois dimensions. Des technologies haptiques créés sur des nouveaux textiles permettront aux festivaliers de se toucher et de se sentir les uns les autres sans pour autant regarder dans la même direction de la scène.


Future_Festivals_Immersive_Live_Experience

Ce billet n'est qu'un résumé, le document source est à consulter ici, (non traduit).

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

26
janvier
2010
20:00

Smartcity Workshop : Projet Oterp



Oterp est un prototype de jeu vidéo sonore et géolocalisé. Grâce au capteur GPS de la console portable de Sony (la PSP), le joueur manipule la musique en temps réel, en fonction de sa position dans l’espace. Sur le principe d’une chasse au trésor, le joueur peut également découvrir et rassembler différents types de sons. Dans le cadre des "workshops" de l'opération Smartcity, Antonin Fourneau ajuste son procédé et enrichit le dispositif avec des objets insolites. Aperçu.

Présentation du projet par son créateur Antonin Fourneau.

antonin-fourneau-Oterp-Smartcity

Quelques informations supplémentaires sur ce "joystick" de descendance "Chindogu".

Avec Oterp, Antonin Fourneau propose un dispositif de redécouverte de la ville par le son : les utilisateurs explorent des territoires à partir de créations musicales, déjà produites par d’autres et à recomposer. Un autre mode d’appréhension de l’espace urbain, donc, différent des usages habituels, et révélateur des singularités des lieux parcourus : le joueur/compositeur s’imprègne de l’ambiance des lieux dans lesquels il se trouve pour moduler ses créations, et donne à entendre leurs richesses sonores.

Une dimension collaborative verra aussi le jour : le jeu vise l’exploration et la découverte de nouveaux objets et territoires sonores ; il est donc important pour les joueurs de communiquer et d’échanger leurs découvertes. Un site Internet (www.oterp.com) sera à disposition de la communauté de joueurs pour qu’ils puissent communiquer et mettre à jour la carte du jeu.

OTERP / Sortie test from Dédale Paris on Vimeo.

Oterp a reçu le soutien de la ville de Paris, Culturesfrance, Tokyo Wonder Site, medialab Prado, le Cube et Dédale.

Antonin Fourneau a suivi des études d’art à l’école d’art d’Aix-en-Provence dans l’atelier de Douglas Edric Stanley. Il a ensuite prolongé ses études sur les dispositifs interactifs avec le "post-Diplôme" ARI (Atelier de recherche en interactivité) à l’école des Arts décoratifs de Paris où il a développé une recherche sur le jeu vidéo et ses dispositifs sous la tutelle de Jean Louis Boissier. Après une étude sur la culture du jeu vidéo au Japon lors d’une résidence en 2007, il lance le projet Oterp au Medialab Prado en 2008.

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

3
septembre
2009
19:40

La culture sampling [dossier Culturemobile.net]


Le "copier/coller" hante les pratiques du numériques depuis sa création. Les contenus vidéos et sonores, qui occupent désormais une place primordiale sur le médium Internet, sont devenus le terreau d'une nouvelle forme de création. Fragmentés, ils sont mixés et réappropriés pour créer de nouveaux produits. Retrouvez l'analyse de Jean Yves Leloup sur la pratique du "sampling".


Cette réalisation de Daren Solomon est un projet musical collaboratif. L'internaute a le choix de déclencher quand il souhaite la lecture des vidéos. Qu'importe l'ordre, le résultat sera harmonieux. Seuls 6 instruments sont exposés ici, le projet In Bb 2.0 initial comprend 20 instruments. A vous de jouer !

[Via Emob]
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

1
mai
2009
10:10

YouTube Symphony Orchestra


La Première mondiale du YouTube Symphony Orchestra a eu lieu ce mois-ci. Sous la direction de Michael Tilson Thomas, 100 musiciens étaient réunis au Carnegie Hall à New York. De tous les âges, pros ou amateurs, ils ont été sélectionnés par un jury et par les internautes.

Pour auditionner, les participants devaient envoyer sur Youtube leur interprétation du nouveau morceau Internet Symphony n°1 « Eroica », écrit spécialement pour l'occasion par le compositeur chinois Tan Dun. Le nom « Eroica » est une référence à la « troisième symphonie » de Beethoven, réputée pour avoir fait éclater le cadre de la symphonie classique.

Cette vidéo présente un mash-up de ce projet collaboratif d’envergure.



A savoir que sur les 3000 vidéos proposées par les utilisateurs du monde entier, quatres Français ont tiré leurs épingles du jeu : Pavel Guerchovitch, un jeune violoniste de 18 ans, Clément Boudrant, altiste étudiant au CNSM de Lyon et titulaire depuis quatre ans à l'Orchestre de l'Opéra de Limoges, Pierre Charles, violoncelliste et étudiant en sciences, et Arnaud Geffray, trompettiste à l'Orchestre de Lyon.

A Voir et Ecouter :
Le concert final du 15 avril
La version de chaque instrument
.


del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

24
juillet
2008
15:32

Radiohead poursuit l'aventure 2.0


Radiohead n'en finit pas de mettre des coups de pied (ou de tête) dans la fourmilière de l'industrie musicale.
Après avoir vendu son dernier album en ligne au prix fixé par l'internaute à l'automne dernier, (cf Radiohead ou la musique en 2.0), le groupe britannique continue ses expérimentations sur le Web.
Leur nouvelle trouvaille, un clip réalisé sans caméra ni lumière mais uniquement avec des logiciels de captures d'images et des données digitales.
La vidéo d'House of cards n'innove pas seulement sur le plan technologique, elle continue sur sa lancée communautaire. Les technologies utilisées, toutes open source, sont mises à la disposition des internautes qui peuvent ainsi reconstruire ce "château de cartes" à leur guise et partager leur réalisations sur une page You tube.



Pour trouver les éléments de données à remixer, rendez-vous sur cette page. Uploadez ensuite votre création ici.
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

11
avril
2008
14:18

Trois instruments de musique qui se jouent du numérique

Les concerts de musiques électroniques ont un défaut, que l'on pourrait résumer par une question : quel est l'intérêt de voir sur scène un homme tapoter sur le clavier de son laptop ? Certes, l'ordinateur permet parfois des projections d'images au rythme de la musique. Mais la clef ne serait-elle pas d'imaginer de "vrais" outils de spectacle numérique ? Illustration par trois nouveaux instruments.

Ils sont « design », font de la lumière, et leurs résonances électroniques nous transportent dans des ambiances futuristes. Reste à tester ces nouveaux instruments pour savoir si l’ergonomie, enjeu majeur de ces nouvelles technologies, laisse part à une approche intuitive ou réclame de nombreuses heures de pratique avant de produire sons voire images.

Le Tenori-on est la dernière création de Toshio Iwai, artiste japonais dont les installations plongent les spectateurs dans une œuvre basée sur l’interaction entre le visuel et le son. Il est aussi l'auteur du jeu DS "Electroplankton". Une soirée de lancement s’est déroulée cette semaine à Paris à la Maison de la Villette (après New York et Montréal); l’instrument y était présenté avec des performances de Robert Lippok (To Rococo Rot), Pole et Suthek, dans un style électro sophistiqué.

"Tenori-on" - Toshio Iwai - 2'54



D'autres artistes expérimentent ces instruments venus d’ailleurs, à l'instar de de Björk qui en a intégré « Reactable » dans sa composition scénique (un petit exemple ici). Cet « instrument » comprend une table translucide, une caméra et un projecteur se trouvant sous la table. Sur celle-ci, des artefacts sont à déplacer pour générer des sonorités synthétiques. Démonstration !

"Reactable" - Music Technology Group - 3'32



Cette dernière expérience musicale tient plus de l’installation que de l’instument. Cependant la prise en main semble plus intuitive. Petit démo de son créateur Golan Levin.

"Scrapple Installation" - Golan Levin - 1'14



A l’heure où la distribution de musique est en pleine ébullition (Myspace qui signe avec des majors, la création indépendante qui s’organise ,...), les expérimentations fleurissent de toutes parts. Car, sur ce qu'on appelle le marché de la musique, tous s'accordent sur un point : le salut viendra de la scène, de ces spectacles complets que conçoivent désormais des artistes classiques mais aussi des hommes de multimédia comme Monolake qui a ravi le Centre Pompidou début avril.
del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

3
novembre
2007
11:16

Sellaband, believe or not believe?



Pour rebondir sur mon post de la semaine dernière: Radiohead ou la musique en 2.0, voici un autre exemple d'alternative à l'industrie musicale classique qui passe par le web communautaire.
Depuis août 2006, le site néerlandais Sellaband, donne à des artistes amateurs la chance de produire leur CD. Le jury? Les internautes appelés believers, qui "co-produisent" les artistes auxquels ils croient.
Comment ça marche? Le musicien met sa démo en ligne. Si l'internaute est convaincu, il achète une part à 10$ (7€) pour le soutenir.
Quand l'artiste réunit 5000 participations (l'équivalent de 50 000 $), Sellaband lui donne la possibilité d'enregistrer un CD. Le tirage à 5000 exemplaires numérotés est alors diffusé aux believers qui ont cru en lui.
Les fans deviennent de véritables partenaires commerciaux. Dans la mesure où ils reçoivent une rétribution sur les ventes, ils ont tout intérêt à faire de la promo pour leur poulain sur leur blog ou leur page Myspace.
Pour le moment, on ne trouve pas encore beaucoup d'artistes français... Exceptée T-Ka, une jeune voix soul qui a presque atteint les 50000 $.
Alors believe or not believe? Allez-vous devenir un de ses producteurs?

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!