culture mobile_le blog

6
août
2010
12:21

Et la pensée devient télécommande

Contrôler un avatar, envoyer des textos, jouer au flipper... toutes ces actions ont un point commun, elle peuvent être engendrées par un humain, uniquement par la pensée. Les dispositifs capables de cette prouesse sont les interfaces Cerveau/Ordinateur (BCI ou Brain Computer Interfaces). Elles permettent à son utilisateur d’envoyer des commandes à un ordinateur ou à une machine directement à partir de son activité cérébrale [vidéo explicative]. Ce mécanisme surprenant révèle un peu plus la troisième lois de d'écrivain de science-fiction Arthur C. Clarke "Toute technologie suffisamment avancées s'apparente à de la magie".

«Quand le cerveau prend une décision, que ce soit un ordre vers un muscle, ou un choix sur un menu de restaurant, cela se traduit par des échanges électriques entre neurones. Grâce à des capteurs électro-encéphalographiques sur le cuir chevelu, les scientifiques parviennent à enregistrer ces impulsions, puis à les transformer en instructions exécutables par des machines.» nous explique l'INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique) créateur du logiciel open source OpenViBE, destiné à ce genre d'exécution.

Le tout est de savoir si cet artefact peut être démocratisé et simplifié au point de devenir un objet commun. Les usages sont pour l'heure destinés à la médecine et à l'industrie militaire. Les neurobiologistes savent en effet que le cerveau se reconfigure tout seul lorsqu'il est endommagé. Un patient atteint de traumatismes pourrait grâce à cette nouvelle interface visualiser son activité cérébrale et tenter d'aider à la reconfiguration de ses neurones. Dans le domaine militaire, l'armée américaine a également débloqué un fonds de 4 millions de dollars à l'Université d'Irvine (Californie) afin de développer un système qui permettra aux soldats américains de communiquer entre eux en s'envoyant des ondes cérébrales, de la télépathie en quelque sorte. Contrairement à Emotiv, les solutions Neurosky et OpenVIBE en libres distributions pourraient participer à la prolifération de ce nouveau support interactif. Voici quelques exemples d'applications :

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

15
mai
2010
13:40

Les jeux vidéo vous font marcher


L'immersion devient de plus en plus probante dans les nouvelles installations vidéoludiques. Elle est renforcée par les accessoires qui accompagnent les consoles et quiqui oeuvrent à simuler les actions de la vie courantes. Depuis les fameux pistolets capables de repérer l'endroit exact où visent les joueurs, les joysticks évoluentt en de véritables instruments (canne à pêche, guitares, platine DJ...). Ces "outils" n'agissent aujourd'hui que sur la partie haute du corps et particulièrement sur l'aspect préhensile de la main et sa spatialisation (Wiimote, Playstation Move). La prochaine étape sera-t-elle de mettre en scène "la marche" au sein des jeux? La solution n'existe pas encore mais des pistes sont ouvertes.

La Virtusphère n'est pas prête d'occuper les salons des chaumières. Son volume (une boule de 3 mètres de diamètre) l'a destine d'avantage au salle d'arcade. Une fois à l'intérieur, il faut s'équiper d'une paire de lunette VR ( ex : Vuzix) pour se plonger un coeur même du monde virtuel. Il ne reste plus qu'à marcher, courir ou sauter dans cette sphère sur roulette, pour simuler les déplacements dans le jeu vidéo. Utilisé par l'armée américaine pour entrainer les soldats, ce dispositif n'est pas encore vendu sur le marché.

Issu des recherches sur le "Cyberwalk" [vidéo] , la "Cybercarpet" expérimentée à l'Institute of Applied Mechanics of the Technical University Munich se base sur un appareillage moins spacieux, une sorte de tapis de sol composé de microbille. Le déplacement omnidirectionnelle semble aisée, à tester!

Ces surfaces participeront peut être au futur du jeu vidéo lorsque que le joueur deviendra protagoniste du jeu.

(via Publigeekaire)

Petite parenthèse illustrative, cette vidéo de Manuel Garin qui juxtapose des extraits de film avec Buster Keaton ["Seven Chances", 1925] avec le jeu de plateforme Super Mario, 1985.

A lire sur Culturemobile.net : Comment garder mémoire du patrimoine du jeu vidéo ?

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

8
février
2010
08:44

2050, c'est pour demain

Suite de la fameuse vidéo Prometeus réalisée par l'agence casaleggio, cette version revisitée Web 3.0 nous entraine dans un futur où l'omniprésence des technologies frôle avec les limites de l'éthique d'aujourd'hui. Notamment sur la question des nanotechnologies implantables. A défaut de s'en alarmer, il faut au moins s'en informer. A suivre par exemple, le débat publique participatif "Nanotechnologies, éthique et gouvernance" retransmis en direct le 9 février.


(via spi0n)

Lire la suite

del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

12
octobre
2007
17:00

"Téléportation", Paris Nuit Blanche 2007 : retours d'expériences...

"Téléportation" est un projet d'artélab, laboratoire artistique d’expériences pluridisciplinaires. Lors de la Nuit Blanche à Paris ce sont 19 cabines téléphoniques qui ont été investies chacune par une installation ou une performance sur un parcours entre Saint-Eustache et le Centre Pompidou.
Culture Mobile était là pour vivre avec le public toutes ces expériences riches de sensations...

Notre best-of du parcours "Téléportation",
Paris Nuit Blanche 6-7 octobre 2007 :

Vidéo : 3min.

Les photos des cabines :
Voir notre galerie photo de "Téléportation"

Pour en savoir plus sur ce projet et ces 19 cabines, voir les autres reportages vidéos et photos ainsi que les commentaires :
Voir ce billet et les précédents


del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

3
octobre
2007
11:29

Téléportation - une expérience pluridisciplinaire d'artélab Nuit Blanche 2007

19 cabines téléphoniques investies chacune par une installation ou une performance...

Au delà de cet évènement, artélab vous propose de poursuivre l'expérience ici-même...

Artélab est un laboratoire artistique d’expériences pluridisciplinaires. La charte des artélabistes leur impose de travailler sur un thème de manière transversale. D’horizons professionnels divers, ils se rencontrent, créent, travaillent, discutent, échangent tous azimuts.
Pour Téléportation, événement Nuit Blanche 2007, chacun des 19 artélabistes a investi une cabine téléphonique, à travers le prisme de son métier et de sa propre histoire.

Pour en savoir plus sur artélab et Téléportation :
- http://www.artelab.net
- La présentation du projet sur Culture Mobile (animation Flash)

Envoyez par e-mail ou par MMS vos photos et vidéos des cabines à :
teleportation@culturemobile.net

Regardez les 19 projets de cabine, les reportages vidéos et photos réalisés lors de la Nuit Blanche
Partagez vos impressions et commentaires sur ces 19 oeuvres...
Proposez-nous vos visions… Ou votre propore cabine imaginaire...

Pour cela, téléportez vous directement dans la cabine de votre choix :

L' Architecte

La Chorégraphe

La Commissaire

Le Cuisinier

La Designer

L'Illustratrice

L' Ingénieur

Le Journaliste

Le Magicien

Le Metteur en scène

La Paysagiste

La Peintre

Le Photographe

La Plasticienne

La Psychanalyste

Le Réalisateur

La Scénariste

Le Scénographe

Le Sculpteur



Ou proposez votre propre cabine imaginaire...



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

La Commissaire d’expositions, Delphine Lebovici, « Décompression »

Pour Téléportation, événement Nuit Blanche 2007, il s’agit pour Chacun des 19 artélabistes d’investir une cabine téléphonique, à travers le prisme de son métier et de sa propre histoire.

La cabine "Décompression", Paris Nuit Blanche, 6 octobre 2007
Vidéo : 1min. © culturemobile.net

Voir aussi la Galerie Photo de "Téléportation"

Projet
Un intervalle dans la ville, une zone de vide, de résistance, où il n'y aurait plus ni image, ni son, ni odeur. Un lieu de décompression où l'on se viderait l'intérieur du crâne. La cabine est transparente. Dedans, un casque suspendu, sorte d'appendice technologique monstrueux dans lequel on glisse la tête pour un voyage virtuel vers le vide et son propre monde intérieur.


© Delphine Lebovici

Bio
Delphine Lebovici a 39 ans et n’a pas les deux pieds dans le même sabot. Depuis l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris, elle navigue entre l’art, la scénographie, le graphisme et depuis peu le commissariat d’expositions et l’organisation d’événements culturels. Elle travaille entre autres pour le Centre Georges Pompidou, le Musée Guimet, la Bnf, Kenzo, Jean-Paul Gaultier… En 2003, elle crée artélab, un laboratoire d’expériences pluridisciplinaires, avec Yorane Lebovici.

Laisser un commentaire sur cette cabine

teleportation Se téléporter dans une autre cabine



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

La Paysagiste, Astrid Verspieren, « Arbre à palabres »

Pour Téléportation, événement Nuit Blanche 2007, il s’agit pour Chacun des 19 artélabistes d’investir une cabine téléphonique, à travers le prisme de son métier et de sa propre histoire.

La cabine "Arbre à palabres", Paris Nuit Blanche, 6 octobre 2007
Vidéo : 1min. © culturemobile.net

Voir aussi la Galerie Photo de "Téléportation"

Projet
Invention d’un nouvel environnement et d’une nouvelle intégration paysagère pour la cabine téléphonique. Grâce à la cabine téléphonique, mutation, le temps d’une nuit, d’un espace public qui devient un cœur de village. Déplacée autour d’un arbre, la cabine devient le tuteur d’un Sophora qui transforme sa sève en un immense réseau de communication lumineux. Des combinés forment alors la fructification du Sophora dans lequel des pigeons voyageurs, perchés dans l’arbre, rapportent aux usagers de la cabine des téléportations poétiques. La cabine transforme cet arbre urbain en Arbre à Palabres sous lequel vont se réunir les parisiens pour dialoguer avec la nature urbaine.


© Astrid Verspieren

Bio
Astrid, paysagiste et Diplômée en 2006 du Master «jardins historiques, patrimoine et paysage» à l’école d’architecture de Versailles. Hier, en terre Limousine, pour une adolescence rythmée par la passion des concours hippiques, une vie parisienne à plusieurs temps, une école de paysage, un troisième cycle à l’école d’architecture de la Villette autour de l’urbanisme des villes asiatiques, un « grand tour » en Asie…Aujourd’hui, entre Voyage et Paris, Art contemporain et Patrimoine, Jardins historiques et Paysage c’est au cœur de cette problématique que se construit mon voyage. Demain, un chef d’œuvre à accomplir…

Laisser un commentaire sur cette cabine

teleportation Se téléporter dans une autre cabine



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

La Peintre, Sophie Erlich, « Picturaphone »

Pour Téléportation, événement Nuit Blanche 2007, il s’agit pour Chacun des 19 artélabistes d’investir une cabine téléphonique, à travers le prisme de son métier et de sa propre histoire.

La cabine "Picturaphone", Paris Nuit Blanche, 6 octobre 2007
Vidéo : 1min. © culturemobile.net

Voir aussi la Galerie Photo de "Téléportation"

Projet
La cabine sera recouverte de papier de soie froissé qui servira de support à une peinture translucide. Deux ouvertures seront conservées sur le côté le plus large de la cabine (côté trottoir), l'une à hauteur d'un enfant ou de quelqu'un en chaise roulante et l'autre à 1m50 du sol, pour pouvoir installer un support transparent (type rhodoïde) à l'intérieur et à l'extérieur de chacune de ces fenêtres. Le public sera invité par un médiateur à laisser une trace sur le support, trace qui sera utilisée et déclinée à l'intérieur de la cabine. Il s'agit de transformer la cabine en lieu de création et d'échange pictural à travers la vitre de la cabine. Les tableaux ainsi créés seront exposés sur les vitres de la deuxième cabine.


© Sophie Erlich

Bio
Licence d'arts plastiques – Ateliers de peinture, sculpture, modelage Expositions collectives et personnelles (France, Congo, Sénégal, Gambie) Workshops à Brazzaville (Congo) et à Ziguinchor (Sénégal) Animations de rue Performances.

Laisser un commentaire sur cette cabine

teleportation Se téléporter dans une autre cabine



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

Le Cuisinier, Marc Brétillot, « Conversation gourmande »

Pour Téléportation, événement Nuit Blanche 2007, il s’agit pour Chacun des 19 artélabistes d’investir une cabine téléphonique, à travers le prisme de son métier et de sa propre histoire.

La cabine "Conversation gourmande", Paris Nuit Blanche, 6 octobre 2007
Vidéo : 1min. © culturemobile.net

Voir aussi la Galerie Photo de "Téléportation"

Projet
La cabine est transformée en distributeur d’ingrédients de recettes en poudre. Chaque visiteur après avoir humé les différentes préparations en choisit une qu’il peut emporter. Il peut alors à loisir, la goûter tel quel, ou l’utiliser en cuisine. La cabine sera pourvue de 5 combinés téléphoniques qui s’utiliseront comme des salières. La bouche est le siège du goût et de l’oralité. La gastronomie n’existerait pas sans l’art du discours sur la cuisine. La création française du restaurant après la révolution au Palais Royal s’est accompagnée de la critique gastronomique, « la Genèse de la gastronomie, comme l’autre, commença par le verbe ». Parole et cuisine sont intimement liées. Quand un instrument transmettant la parole se métamorphose en instrument de cuisine… cela raconte encore et toujours des histoires à manger.


© Marc Brétillot

Bio
Marc Brétillot est designer culinaire. Il enseigne à l’Ecole supérieure d’art et de design de Reims où il a créé l’atelier de recherche sur le design culinaire. Il intervient auprès de l’industrie agro-alimentaire et les artisans des métiers de bouche en tant que conseil en innovation, organise des évènements autour de la nourriture et réalise des performances aux frontières de l’art contemporain.

Laisser un commentaire sur cette cabine

teleportation Se téléporter dans une autre cabine



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!

Le Journaliste, Marc Felix, « Le mystère de la-cabine-qui-régurgite »

Pour Téléportation, événement Nuit Blanche 2007, il s’agit pour Chacun des 19 artélabistes d’investir une cabine téléphonique, à travers le prisme de son métier et de sa propre histoire.

La cabine "Le mystère de la-cabine-qui-régurgite", Paris Nuit Blanche, 6 octobre 2007
Photos © artelab / culturemobile.net

Voir aussi la Galerie Photo de "Téléportation"

Projet
« La-cabine-qui-régurgite » est une cabine ordinaire recouverte d’une très épaisse couche d’affiches, de petites annonces, de messages superposés, déchirés, taggés. Au sol, en grand nombre les détritus habituels. Autour de la cabine, du verre pilé, une poignée, un pavé, d’autres détritus. La cabine sonne régulièrement. Par le combiné, on écoute des demi-conversations téléphoniques : à chaque fois, on n’entend qu’un des deux interlocuteurs. NB : le public peut tout faire. Il peut lire, écrire, dessiner, coller depuis l’extérieur de la cabine. Il peut aussi regarder ce qui se passe à l’intérieur de la cabine. A l’intérieur, il peut lire, écrire, dessiner, coller, et décrocher le combiné pour écouter une ou plusieurs conversations que la cabine régurgite. De l’intérieur, il peut regarder ce qui se passe à l’extérieur.


© Marc Felix

Bio
Marc FELIX, 39 ans, a été moniteur de ski, vigile dans une papeterie, directeur artistique chez un parfumeur russe, journaliste reporteur d’image à la télévision... Il fait de la photographie, écrit, et a toujours plein de projets en tête et en cours. Il aime les gens, les livres, le rire, la musique et la lumière. Et puis il aime raconter des histoires.

Laisser un commentaire sur cette cabine

teleportation Se téléporter dans une autre cabine



del.icio.us it! Digg it! Blogmark it! Ajouter  mes favoris Technorati Fuzz it! Scoop it!